Les secrets d’un bon Tiramisù

Mini tiramisù

Mini tiramisù

  • 500 g de mascarpone
  • 1,25 dl de café noir
  • 4 jaunes d’œufs
  • 100g sucre
  • 2cl amaretto ou marsala ou rhum
  • 200g biscuits à la cuillère
  • Cacao amer en poudre

Une fois arrivé en vacances à Rome, laissez vous tenter par un tiramisù ! Ce dessert d’origine septentrionale, qui signifie « remonte-moi », est présent dans toutes les trattorias et ristoranti romains dignes de ce nom. Vous en verrez des très jaunes (beaucoup d’œufs) ou plus pâles, et pour ceux qui n’aiment pas le café, testez également ceux aux fruits rouges, au limoncello….

Pour vous délecter du meilleur de la ville, il faut vous rendre chez Pompi, le règne du tiramisù depuis 1960, via della croce, 82 (métro piazza di spagna). Dans les top ten, testés et approuvés par les visiteurs : Bar Lillo, Via dei Genovesi, 39/ Da Fortunata, via del Pellegrino 11/ Babette, via Margutta, 1b.

Cependant de retour à la maison, voici les bons conseils pour ce délice rapide et qui fait son petit effet :

Les bons ingrédients de base changent tout. Si vous avez ramené de Rome, un moka** bialetti, ce serait idéal pour réaliser un vrai espresso, sinon préparez un café serré non sucré. La marque du café fait beaucoup aussi, vous pourrez acquérir du café Pellini, produit à Vérone, de très bonne qualité même en supermarché.  Des œufs extra-frais sont de rigueur. Il vaut mieux choisir des boudoirs savoiardi ou pavesini, que vous trouverez en supermarché, afin que cela soit une recette 100 % parfaite. Verser le café dans un récipient afin qu’il refroidisse pour ne pas rompre les biscuits. Imbiber les biscuits de café et les réserver.

Il est conseillé de travailler le mascarpone au batteur puis d’ajouter les jaunes d’œufs, le sucre et la liqueur de votre choix afin d’obtenir une crème. La plupart des italiens ne mettent pas d’alcool en réalité, mais un peu de liqueur rend le tiramisu très goûtu. Incorporer délicatement   les blancs à cette mousse. Les blancs en neige doivent être très fermes, ce qui offre à la crème une douce onctuosité. Mettre une couche de biscuits imbibés dans des ramequins (plus jolis qu’un grand plat en verre) et recouvrir de crème en quantité suffisante, attention parfois trop de crème peut écœurer, il faut que votre tiramisù reste léger !

Il est indispensable pour un tiramisù réussi, de le laisser reposer au frigo une nuit. Saupoudrer de cacao avec un tamis au moment de servir, et non pas avant.  Le déguster avec un Moscato d’Asti Spumante La Selvatica A.O.C (muscat blanc à petits grains)

N.B : certains utilisent 6 œufs et 20g de sucre en plus, mais cela alourdit ce dessert…La cafetière Moka que tous les italiens utilisent aujourd’hui, a été crée par Alfonso Bialetti en 1933.

Dîner chez l’habitant en musique !

La chaleureuse et pétillante Ippolita vous reçoit dans son appartement cosy, au cœur des ruelles du Trastevere.


Plafonds en bois, sol en terre cuite, ameublement et déco vintage, vous êtes dans un cadre typiquement romain.

Ippolita, passionnée de musique classique, pianiste et fin cordon bleu propose une introduction musicale, illustrée par de délicieux mets tant aimés des compositeurs.

La soirée commencera autour d’un verre de bienvenue, agrémentée par l’écoute d’extraits musicaux, qu’Ippolita commentera de façon plus ou moins technique selon son auditoire.

papale (1)

 

La maîtresse de maison parle anglais et espagnol. Un service de traduction en français est disponible sur demande : 50 euros.

Les menus pourront être adaptés en cas d’allergies à certains aliments, ainsi que les vins.

 Non disponible du 23 juin au 30 septembre

Tarifs (en privé, pas d’autres participants)

Dîner assis :

 De 2 à 4 participants : 50€ par personne

De 5 à 7 participants : 45€ par personne

Buffet de 8 à 12 personnes : 30€ par personne

Pour le menu Rossini : 5€ par personne supplémentaire.

Contact par mail : ac@siromemetaitcontee (merci de me préciser le menu choisi, si intolérances et besoin d’un traducteur).

8 menus au choix

foto ippolita diner habitant blog

 

La musique romaine : entre palais et théâtre

Plats inspirés des lieux caractéristiques de la musique classique à Rome :

Oratoire Saint Philippe Neri, chapelle Sixtine, théâtre Costanzi.

Entrée : pizza figues et mortadelle, artichauts à la romaine

Premier plat : Pâtes Fettuccine alla carbonara (la vraie, sans crème fraîche !)

Second plat : Coda alla vaccinara, spécialité romaine (queue de bœuf sauce tomate et céleri)

Accompagnement : Puntarelle* (ou autres légumes selon la saison)

Dessert : Tiramisù

Vin rouge

* pousses de chicorée, servies avec une sauce composée d’ail pilé

aux anchois, auxquels on ajoute du vinaigre de vin.

Du classique au lyrique : made in Italy 

L’éloge de la musique italienne, de la musique baroque à l’Opéra.

Dégustation à choisir à l’avance par tous les participants

Entrées : Peperonata (pommes de terre et poivrons aigre-doux) ou bruschetta à la tomate

1 plat au choix entre : pâtes aux aubergines, tomates, ricotta ou pâtes au potiron maison ou risotto aux fruits de mer

1 plat au choix entre : tourte de poisson aux câpres ou roulés de viande ou boulettes de viande sauce tomate ou pintade braisée

1 dessert au choix entre : blanc- manger aux amandes à la cannelle ou tiramisù ou gelée au melon (ou pastèque selon saison)

Vin rouge

Stanley Kubrick : 5 films en musique !

Pour changer du répertoire italien, chaque plat évoquera un film

Entrées : Mousse gorgonzola chocolat noix et muscat : Eyes wide shut

Premier plat : Risotto au safran caramélisé : Shining

Second plat : Saumon à la bière Guinness : Barry Lyndon

Accompagnement : Navet noir de forme carré : l’Odyssée de l’espace

Dessert : Crème de lait au gingembre : Orange mécanique

Vin rouge

Mozart : Don Giovanni

Don Giovanni, inspiré de la vie de Casanova…soit le charme à l’italienne

Entrées : mousse gorgonzola poire chocolat noix et miel, pommes de terre au café, pesto d’anchois

Premier plat : Tagliatelle maison au canard

Second plat : Bouchées filets de porc aux fruits secs

Dessert : Mousse chocolat et fraise

Dessert : Mousse chocolat noir et piment

Vin rouge

Pietro Mascagni : Cavalleria Rusticana

« Cavalleria rusticana » a été créé au Teatro Costanzi de Rome en 1890. Quelque part en Sicile, Turiddu, avant de partir pour l’armée, était tombé amoureux de Lola. Cette dernière, lasse de l’attendre, finira par épouser le charretier Alfio. A son retour, Turiddu fera la cour à Santuzza.
Cependant, attiré de nouveau par Lola, il profitera des absences d’Alfio pour rencontrer son ancienne flamme. Santuzza, affligée, lui clame qu’elle l’aime encore bien qu’il l’ait trahi. Turiddu lui fait croire que sa vie serait menacée, si Alfio venait à découvrir leurs étreintes …

Entrées : Pecorino (fromage) sicilien et confiture de citron, omelette aux artichauts, pani cunsato (bruschetta aux tomates, olives noires, concombre, oignons, basilic et origan)

Premier plat : Timbale d’anellini* à la Norma (pâtes en forme d’anneau aux aubergines, tomates, ricotta)

Second plat : Sciusceddu de Messine (boulettes de bœuf et crème de ricotta de brebis)
Peperonata (pommes de terre et poivrons aigre-doux)

Accompagnement : Salade fenouil-orange aux pistaches

Dessert : Parfait aux amandes d’Avola caramélisées

Vin rouge

Les femmes chez Verdi

Verdi à travers quatre œuvres :
Gilda, femme angélique (Rigoletto, 1851)
Violetta, femme mûre (La Traviata, 1853)
Aida, femme tourmentée (Aida, 1871)
Lady Macbeth, femme ambitieuse (Macbeth, 1847 e 1865)

Entrées « Aida » : lentilles au cumin, aubergines au tahini (crème de sésame)

Premier plat : Ravioli « Gilda » maison à la mode de Mantoue (farcis à la citrouille, aux amaretti et aux poires confites) sur sauce au parmesan

Second plat : Tourte au saumon « Lady Macbeth »

Dessert : Mousse au chocolat « Violetta »

Vins : Prosecco ou Lambrusco

Puccini, Tosca

Tosca fut créé le 14 janvier 1900 au Théâtre Costanzi de Rome. Les trois actes se déroulent à Rome, entre les murs du palais Farnèse et la terrasse du Château Saint-Ange. Le compositeur Giacomo Puccini, était un passionné de gastronomie toscane. Il se délectait de gibier et de crème caramel appelé alors « lait à la portugaise ».

Entrée : Crostini au chou noir de Toscane
Premier plat : Risotto de poissons
Second plat : Pintade braisée

Accompagnement : Haricots aux herbes aromatiques

Dessert : Panpepato* au Vinsanto (vin doux italien de dessert toscan)

De quoi est composé ce dessert ? Pour en savoir plus, cliquez sur : panpepato

Vin rouge

Quel gourmand ce Rossini!

Pour le menu Rossini : 5€ par personne supplémentaire.

La Musique de Rossini, à son image, est empreinte de bonne humeur et de vivacité.
Bon vivant et fin gourmet, Rossini s’intéresse aussi à la gastronomie : il invente des recettes auxquelles il donne le nom de ses opéras : Tarte Guillaume Tell, Bouchées de la Pie Voleuse.  Le fameux Tournedos Rossini quant à lui est un évident hommage au compositeur mais le mystère reste entier pour lui en attribuer l’invention.

Entrées : Amuse-gueules à la mousse de poulet, jambon, gorgonzola et mortadella

Premier plat : pâtes maccheroni à la Rossini, aux champignons et à la truffe

Second plat : Tournedos Rossini revisités par Ippolita

Accompagnement : Salade vinaigrette Rossini
Dessert : Tarte Guillaume Tell et sa crème diplomate aux pommes et à la liqueur
Vin rouge 

 

 

Recette estivale : Spaghetti alle vongole

En été, sur le bord de mer d’Ostie, à 25 km de Rome, les romains consomment ce plat sans modération !

Immagine

Préparation : 30 minutes

Temps de cuisson : 30 minutes

Pour 4 personnes :

400 g de spaghetti

600 g de vongole

200g pulpe de tomates

2 gousses d’ail

1 botte de persil

70g Huile d’olive

Sel et poivre

Nettoyer soigneusement les palourdes  en les frottant avec une brosse. Pour qu’il n’y ait plus de sable, bien rincer en plusieurs eaux et laissez tremper une petite heure..  Versez  une cuillère d’huile d’olive dans une sauteuse,  faites cuire les coquillages à feu très vif pour qu’ils s’ouvrent.

Réserver les coquillages, filtrer le jus qu’ils ont rendu et le réserver également. Vous pouvez laisser les coques ou les retirer en ne gardant que les mollusques.

Dans la même sauteuse, faire revenir l’ail écrasé au préalable à la fourchette dans le restant d’huile d’olive.

Quand l’ail commence à dorer, verser le jus de cuisson des palourdes en le filtrant dans une passoire. Ajouter la pulpe de tomates, salez, poivrer et faire cuire pendant  25 minutes à feu moyen.

Pendant ce temps-là, faire cuire les spaghetti dans un grand volume d’eau bouillante salée. La cuisson  doit être « al dente » : les italiens goûtent au fur à mesure pour tester si les pâtes croquent légèrement sous la dent. Cinq minutes avant la fin de cuisson des pâtes, versez les palourdes dans la sauce tomate, mélanger et cuire à feu doux.

Égoutter les spaghetti,  puis y ajouter la sauce aux vongole, ajouter le persil haché.

A consommer dans l’instant, buon appetito !

La saint Joseph, le 19 mars

Au sein du quartier romain, Trionfale, la Basilique Saint Joseph est un lieu de festivité du saint patron des familles, des artisans et des travailleurs. Joseph le juste, père nourricier de Jésus, est devenu également patron des affaires matérielles. Des catholiques confient à sa prière une recherche d’emploi, rencontrer le bon époux, la vente de leur maison…

La première trace de cette fête nous ait relatés par des moines bénédictins vers 1030. Cependant c’est à partir du XIIIe siècle que l’époux de la Vierge sort de l’ombre, en lien avec une plus forte humanisation du Christ et des représentations de plus en plus nombreuses de la Nativité.

Beignets de la Saint Joseph

En 1621 le pape Grégoire XV éleva cette célébration au rang de fête d’obligation le 19 mars. A notre époque, ce saint a encore une place importante ; Jean-Paul II a souhaité qu’il soit patron du troisième millénaire et le patron de la nouvelle évangélisation.

Les bignè di San Giuseppe qui trônent dans les vitrines des pâtisseries de Rome rappelleraient selon les croyances populaires, le fait que Joseph après la fuite en Egypte, soit devenu vendeur de beignets frits ! Pour les goûter, Biscotteria Innocenti via della luce, 21 (Trastevere).

Une curiosité : la distinction entre les anciens états pontificaux et le règne de Naples est encore palpable aujourd’hui, pour cette fête vous trouverez ces bignè à Rome, tandis qu’en Campanie ou en Sicile la population se délecte de zeppole, pâtisseries de farine, riz, miel d’oranger et de sucre glace parfumé de cannelle.

 

Recette des « Frappe » du carnaval

Équivalents des Merveilles ou oreillettes du sud de la France, à Rome on les déguste durant la période du carnaval, tout comme les castagnole.

Ingrédients :

20130131_231000500 g farine

100 g beurre

3 œufs

3 c à s de sucre

une pincée de sel

1 petit verre à liqueur de rhum ou de  grappa

huile d’arachide ou de maïs

Pétrir la farine avec les œufs, le beurre ramolli, le sucre, une pincée de sel et ajouter le petit verre  de liqueur

Travailler bien le pétrissage et étendre la pâte de manière fine et mince. Couper la pâte en bandelettes avec une roulette dentelée pour former les « frappe »

Frire les « frappe » dans une quantité abondante d’huile chaude, les essorer sur du papier absorbant et pulvériser les  avec du sucre glace.