Ce que les romains mangeront pour noël

La veille de Noël, Rome se délecte d’un repas de poissons et fruits de mer.

Gambas grillées, beignet de morue,  spaghetti aux tellines, anguille frite, puntarelle aux anchois et en dessert les gâteaux caractéristiques :  le pangiallo et  le panpepato.

Le pangiallo, sous la Rome antique, était servi lors du solstice d’hiver, afin de favoriser le retour du soleil. C’est un dessert à base de figues sèches, safran, miel, fruits secs et confits.pangiallo

Le panpepato  est connu depuis le  XVIe siècle avec l’arrivée des épices en Occident, ce dessert est composé d’amandes, noisettes, pignons de pin, cannelle, poivre, noix de muscade, orange et cédrats confits ainsi que de raisins secs mélangés à du chocolat, café, liqueur, miel, farine.

La puntarelle, pousses de chicorée, se servent traditionnellement avec une sauce composée d’ail pilé  aux anchois, auxquels on ajoute un bon vinaigre de vin.

Le déjeuner du 25 décembre – le noël romain est à base de  viande : beignets frits de brocoli, fleurs de courgettes ou de pommes, tortellini au bouillon de poule, agneau de lait rôti et artichauts, fruits secs, ricciarelli (biscuits aux amandes) et torrone (nougat).

Passer noël à Rome

Rome accueille Natale de manière plus religieuse, que commerciale. Les petits santons se préparent à pointer le bout de leur nez alors que notre indétrônable sapin vert ne côtoiera pas forcément la cheminée. Dans les rues, peu d‘illumination d’ailleurs, font place les zampognari (joueurs de flûte traditionnelle), qui chaque année descendent des montagnes des Abruzzes et de la Ciociarie*.

L’énorme festin natalizio sera de rigueur, et oui, nous sommes en Italie !palmier lomo

Anguilles marinées, mollusques, crustacés vous seront servis. Et puis, pour finir le célèbre Panettone qui est passé depuis longtemps au-delà des Alpes.  Mais connaissez-vous ses variations au chocolat, sans fruits confits, etc ? Vous en trouvez au célèbre centre commercial prônant la gastronomie italienne,  EATALY**. Si vous voulez jouer aux Polentoni***, vous pourrez opter pour le Pandoro, gâteau de Noël véronais.

Pour les enfants, ne manquez pas le marché de noël de Piazza Navona qui regorge de jouets et d’objets artisanaux.  Outre les figurines chrétiennes, les enfants seront surpris de se trouver nez à nez avec…une sorcière, la Befana, qui amène traditionnellement à l’épiphanie des cadeaux aux enfants sages et du charbon ( aujourd’hui sous forme de bonbons !) à ceux qui ne le sont pas…

Le presepio (crèche) monumental avec des statues de plus de trois mètres, réalisées en 1846 sur la place Saint Pierre est toujours au rendez-vous. À côté duquel, s’élève un sapin de Noël donné tous les ans par une région différente.  Vous verrez bien d’autres lors de l’exposition « les 100 crèches » à l’ église Sainte Marie du Peuple, cependant, il faudrait aller à Naples, contrée ancestrale des presepi, pour admirer les plus belles réalisations.

La Ciociarie*  soit« terre des ciociàri », vient du nom des chaussures traditionnelles connues sous le nom de ciocia. C’est une région du Latium évoquée dans le film de De Sica, La Paysanne aux pieds nus, pour lequel Sophia Loren, reçu l’Oscar en 1961.

EATALY** http://www.roma.eataly.it/(métro Piramide)

Polentoni***  en référence à la polenta servie à Milan, les gens du sud sont en revanche, les terroni.