Pourquoi Rome ?

Souvent les visiteurs me demandent pourquoi j’ai choisi Rome. Voici quelques explications pour vous prouver que ce n’est pas que pour le soleil !
A Rome 1.469,17 ha (dont 38,9 ha correspondent au Vatican) sont répertoriés par l’Unesco dans la célèbre World Heritage List.

Le centre historique, inclus dans les murs auréliens, ne comprend pas moins de 25.000 lieux d’intérêt historique, archéologique et environnemental.

Pensez aussi aux souterrains : 120 lieux visibles, et tout n’a pas été fouillé: imaginez  20 mètres de stratification pendant 2800 ans d’histoire.
Rome est la ville avec le plus de monuments au monde, et par m2 !

Et puis on peut se rendre à la mer en une demi-heure ou se délasser dans les nombreux parcs …. Là aussi, les capitales européennes n’ont qu’à bien se tenir : 7680 ha d’espaces verts en comptant la banlieue et 1055 ha dans le centre ! Pour en profiter, je vous conseille le parc Celimontana, Doria Pamphilj et bien sûr Villa Borghèse.
Mais pour ceux qui voudraient la vraie campagne, il suffit de rejoindre la via appia antica, à 5 km du cœur de la ville, pour voir moutons, fermes et ruisseaux.

Difficile de faire des choix !
A ne pas manquer le quartier Trastevere (autour de Santa Cecilia), les rues autour de place Navone (via dei coronari et via governo vecchio), via appia antica, via Margutta et la Villa Médicis, les collines de l’Aventin et du Célius.

Sans oublier le farniente, la dolce vità et la chaleur des habitants qui séduisent 30 000 français expatriés. Il existe un humour proprement romain, des traditions vivantes (on parle encore le dialecte romain !) et une vie de quartier qui vous transportent dans une ambiance des villages italiens du sud.

Je mentirais de ne pas vous avouer que la gastronomie m’a comblée aussi. Évidemment, les romains ne cuisinent pas uniquement les pizzas et les pâtes. Goûter les stracetti e rucola, saltimbocca alla romana, etc..voir en détail : Que commander au restaurant

Pour les amateurs de montagne, les premières pistes sont à 1h30 de Rome, alors quand venez – vous vous installer ici ?

L’humour romain le voilà, à regarder avec les sous-titres et au troisième degré !

Paris vs Rome centre historique

Paris vs Rome Espaces verts

Paris vs Rome les espaces verts 2

 

Cocktails & terrasse

Allez, je veux bien être sympa et vous dévoiler mes endroits préférés où siroter un Bellini ou Hugo*, surtout par cette chaleur.

Ce sont les lieux branchés de la capitale italienne avec des cocktails à partir de 10€ , pour des vues à couper le souffle !

Voici mon préféré, même si on n’est pas sur les hauteurs, on est immergé au milieu des pins parasols ! € Voodoo Bar, viale delle Terme di Traiano 4. Sushi bar, restaurant tropical, henné, cartomancienne, huiles essentielles…. A deux pas du Colisée.

Voodor bar sur le colle Oppio

 

 

 

 

 

 

 

Terrazza San Pancrazio, via di Porta San Pancrazio 32. Sushi et raw bar avec chef étoilé

Roof Hotel Capo d’Africa Via Capo d’Africa, 54. Moins sur les hauteurs, cosy et calme

La Terrazza dell’Hotel Cesàri Via di Pietra, 89/a Moins sur les hauteurs, cosy – cocktail 10/12 €

Bar cocktail – The Corner Marco Martini, viale Aventino 121 Restaurant également avec chef étoilé – cocktail 12 €

€€ Achilli al Dom Hotel Roma, via Giulia 131- cocktail 15 €

€€ Bernini Bristol Hotel, piazza Barberini 23 – cocktail 15 €

€€€ Zuma Roma Fendi, via della Fontanella di Borghese, 48.  En plein centre de Rome avec une des plus belles vues sur les toits.

€€€ Terrazza Posh @ Exedra Boscolo Hotel, piazza della Repubblica 47. Piscine et belle vue sur la place de la République.

*Le Bellini est composé de prosecco ou de champagne et de purée de pêches blanches.

Le Hugo est un apéritif préparé à base de prosecco, de liqueur de fleurs de sureau (ou de mélisse), eau de Selz (ou eau gazeuse) et feuilles de menthe

Sans oublier ceux-ci, même si cela manque un peu de modernité !

Terrasse de l’Autel de la patrie (monument Vittoriano de la place de Venise) rue di san pietro in carcere – cocktail : 5-10 €

Palazzo manfredi (Colisée) rue labicana, 125 –  cocktail : 12-16 €

Hotel Raphael (Place navone) largo Febo, 2 –  cocktail : 8-15 €

Hotel Locarno (Place peuple) rue della penna, 22 –cocktail : 6-13 €

Hotel la Minerve (Panthéon) place della minerva, 69 –cocktail : 9-15 €

 

 

 

La saint Joseph, le 19 mars

Au sein du quartier romain, Trionfale, la Basilique Saint Joseph est un lieu de festivité du saint patron des familles, des artisans et des travailleurs. Joseph le juste, père nourricier de Jésus, est devenu également patron des affaires matérielles. Des catholiques confient à sa prière une recherche d’emploi, rencontrer le bon époux, la vente de leur maison…

La première trace de cette fête nous ait relatés par des moines bénédictins vers 1030. Cependant c’est à partir du XIIIe siècle que l’époux de la Vierge sort de l’ombre, en lien avec une plus forte humanisation du Christ et des représentations de plus en plus nombreuses de la Nativité.

Beignets de la Saint Joseph

En 1621 le pape Grégoire XV éleva cette célébration au rang de fête d’obligation le 19 mars. A notre époque, ce saint a encore une place importante ; Jean-Paul II a souhaité qu’il soit patron du troisième millénaire et le patron de la nouvelle évangélisation.

Les bignè di San Giuseppe qui trônent dans les vitrines des pâtisseries de Rome rappelleraient selon les croyances populaires, le fait que Joseph après la fuite en Egypte, soit devenu vendeur de beignets frits ! Pour les goûter, Biscotteria Innocenti via della luce, 21 (Trastevere).

Une curiosité : la distinction entre les anciens états pontificaux et le règne de Naples est encore palpable aujourd’hui, pour cette fête vous trouverez ces bignè à Rome, tandis qu’en Campanie ou en Sicile la population se délecte de zeppole, pâtisseries de farine, riz, miel d’oranger et de sucre glace parfumé de cannelle.

 

Les meilleures pizzas romaines

Même si le règne de la pizza, c’est Naples avec ses pizzas à pâte épaisse, à Rome vous les trouverez souvent à pâte fine, toutes aussi alléchantes. Les romains les accompagnent de beignets frits (i fritti) en entrée et de bière. Si vous êtes tentés d’en faire à la maison, le secret, c’est la qualité de la farine. Mais également le temps adéquat pour faire lever la pâte ! Au moins 24h, pour les puristes. Disons que si elle n’a pas levé assez longtemps avant de la faire cuire, elle gonflera dans votre ventre !

Je vous dévoilePizza roquette tomates mozzarella une petite sélection des meilleures pizzas de Rome.

Exceptionnelle mais … elle ne se trouve pas dans le centre !

Pizzeria « La Fucina » via Giuseppe Lunati, 25 (Portuense). Le soir uniquement. Fermé le lundi. On peut déguster plusieurs goûts sur une seule pizza.Nota bene : le prix n’est pas celle d’une pizzeria traditionnelle.  Pâte fine.

Dans le centre historique, par quartier :

« Emma pizzeria«  via Monte della Farina 28/29. (campo dei fiori) Ouvert tous les jours. Pâte fine.

« Obicà » Mozzarella Bar place Campo dei fiori, 16. (campo dei fiori). Ouvert tous les jours. Pizza à base de produits bio, dans un bar trendy sur la place du marché. Pâte épaisse.

Pizzeria « Baffetto«  via del Governo Vecchio, 114. (campo dei fiori). Fermé le mardi.  Vous trouverez souvent une file d’attente, allez y tôt car les romains mangent tard. Pâte fine.

 Pizzeria « La Montecarlo«  vicolo Savelli, 13 (place Navone). Fermé le lundi.  Ambiance romaine garantie, même si prise d’assaut, les serveurs ont toujours un mot pour rire. Ma pizzeria des années Erasmus, nostalgie quand tu nous tiens….Pâte fine.

Pizzeria « La Focaccia«  via della pace, 11 (place Navone). Ouvert tous les jours. Midi et soir. Terrasse sympathique avec vue sur l’églipizza bufalase Santa Maria della pace. Pâte épaisse.

Bir&Fud, via Benedetta 23 (trastevere) Ambiance jeune dans quartier branché. Pâte épaisse.

Pizzeria « Ai marmi » viale di Trastevere, 53 (trastevere). Fermé le mercredi. Une institution. L’humour romain par excellence, les tables sont de marbre gris, rebaptisée souvent en dialecte, er orbitorio, la morgue ! Pâte fine.

Pizzeria « Piacere Molise «  via Candia, 60 (vatican). Fermé le mardi.  La pizzeria familiale du Vatican.

Lors de votre séjour, vous ne pourrez pas partir de Rome sans…

  1. Acheter un sac en cuir chez Carlo Cecchini
  2. organiser un pique-nique sur la colline du Janicule au coucher du soleil
  3. croquer dans la focaccia (pizza blanche au romarin) dans la boulangerie le Forno au Campo dei fiori.
  4. Faire du shopping à la via del governo vecchio
  5. se délecter chez le glacier la Romana
  6. sentir l’atmosphère de Rome à la terrasse de l’Osteria delle Coppelle
  7. tester vos talents de sommelier à œnothèque Ferrara
  8. ramener de l’huile d’olive de Fara sabina à vos proches
  9. se rafraîchir grâce aux «grattachecche » à la noix de coco ou au citron sur les bords du Tibre (fermé dès octobre, ouvre au printemps).
  10. plonger dans l’antiquité en dégustant le porc comme l’aimait Jules César au restaurant Spirito Divino

Lire la suite