L’épiphanie, jour férié à Rome

A Rome, pas de galette des rois mais une tradition qui remonte au XIVe siècle :  le 6 janvier, une sorcière, la befana offre des cadeaux aux petits romains, à l’instar des dons que les célèbres rois mages apportèrent au petit jésus. Si les enfants avaient été sages,  ils20130107_135551 trouvaient dans les chaussettes sur la cheminée :  bonbons, chocolats et fruits secs, sans oublier de petits cadeaux. En revanche, s’ils avaient été un peu trop dissipés, les enfants se contenteraient de.. charbon ! (de nos jours,  un bonbon de couleur noire). Traditionnellement, pour attirer la befana, on lui laissait des choses à grignoter, tel que des mandarines, du hareng fumé,  une sardine et un verre de vin.

Évidemment un tel personnage  ne peut découler que des cultes païens ; cette sorcière n’est que la transformation moderne de Mère nature – symbolisant la mort et le renouveau  de la nature- fêtée  la douzième nuit après le solstice d’hiver.  Les romains de l’antiquité pensaient que des divinités féminines volaient au-dessus des champs dans le but de favoriser les futures récoltes. Pour illustrer ce renouveau, on brûlait des fantoches de cette fameuse sorcière.

Puis vint l’évolution du culte profane vers une version chrétienne …. Les Rois mages, ne trouvant pas leur route vers Bethléem,  demandèrent leur chemin à une vieille dame.  Elle voulut les rejoindre, après s’être repentie de ne pas les avoir suivi malgré leurs requêtes insistantes. Afin de se faire pardonner, la befana  ira à la rencontre de tous les enfants, avec à son bras un panier rempli de douceurs,  en espérant trouver le messie …

Les biscuits romains de noël «I Mostaccioli »

«I Mostaccioli » C’est la version la plus simple, mais ils peuvent être glacés au chocolat ou avec des amandes et des écorces d’orange…

Ingrédients pour la préparation

60 g de farine

100 g de noisettes ou noix décortiquées

100 g de miel

2 blancs d’œufs

cannelle

poivre

Préparation

Prenez un récipient dans lequel vous pétrirez la farine avec le miel, les blancs d’œuf, les noix ou les noisettes, le poivre et la cannelle.

Coupez- les en bandes, puis en forme de losange et mettez-les sur la plaque du four beurrée ( anti Mostaccioliadhérente si possible).

Travaillez la pâte jusqu’à ce qu’elle soit bien  homogène, puis étendez-la sur un plan de travail. Faites cuire les mostaccioli au moins 20 minutes à 180°C.

Rappelez-vous de les retirer de la plaque,  uniquement lorsqu’ils seront complètement refroidis.

Buon appetito !

Le Jubilé à Rome

Le Pape François a officiellement convoqué une année sainte extraordinaire, le Jubilé de la Miséricorde, grand évènement religieux, qui durera du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016.

Le Jubilé puise son origine dans la Torah juive. Dans le Lévitique, il est indiqué que tous les 7 ans, la terre soit laissée en jachère. Quant à lui, il survenait la cinquantième année d’un cycle de 7 fois 7 ans. A cette occasion, non seulement la terre devait être mise au repos, mais l’effacement des dettes et la libération des esclaves devaient aussi avoir lieu.

Le premier Jubilé fut convoqué en 1300 par le Pape Boniface VIII. L’énorme affluence des pèlerins à Rome amenèrent ce pape à leur accorder l’indulgence, pendant toute l’année 1300, et à l’avenir, tous les cent ans.

 

Encore aujourd’hui, les fidèles sont appelés à accomplir un pèlerinage vers les Portes Saintes des quatre Basiliques majeures de la ville éternelle : Saint-Pierre de Rome, Saint-Paul Hors-les-Murs, Saint Jean du Latran et Sainte Marie majeure. Ces portes sont ouvertes par le pape uniquement à cette occasion. En entrant dans ces lieux saints, ces chrétiens accomplissent une « rémission très complète de leurs péchés ».

 Deux dates à retenir :

♦ le 8 décembre 2015 à 9h30, célébrant la solennité de l’Immaculée Conception, marquant l’ouverture de la Porte Sainte à la Basilique de Saint- Pierre

♦ le 20 novembre 2016, acclamant la solennité de Jésus –Christ, qui est la conclusion de cette Année Sainte avec la fermeture de la Porte Sainte à Saint Pierre

Lire la suite

L’eau, le trésor de la ville éternelle

Le souvenir des 19 aqueducs de l’antiquité reste la fierté des romains, qui considèrent leur eau comme un trésor, et qui selon eux, doit  rester un bien public.

I NASONI

Depuis 1872, Rome commence à être truffée de points d’eau, surnommés nasoni, qui signifie gros nez à cause de leur forme. Un réseau de 5600 kms, avec 2500 nasoni dans toute la ville, et pas moins de 286 dans le centre historique, ouvrez l’œil !  Via della cordonata, on a encore la chance d’en voir un avec trois tuyaux en forme de dragon…

Aucun risque, l’eau de Rome est parmi les meilleures d’Italie. Riche en calcium, pauvre en sodium et nitrate.

Observez, vous verrez comment boire à la romaine !
On bouche là où l’eau s’écoule, ainsi elle sera propulsée par le trou placé sur le haut du « nez », attention au jet quand il y a de la pression par le trou supérieur !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

nasone Nasoni de Rome

Vous les trouverez dans la ville selon ce plan :

Mappa_dei_Nasoni

Rome compte  500 fontaines artistiques (fontaine de Trevi, par ex.) qui certaines fonctionnent encore avec les mêmes tracés de canalisation que les anciens aqueducs. Attention en revanche,  depuis 2004, elles sont en circuit fermé ! Ne vous hasardez pas à plonger dedans, ne serait-ce que vos petons, il y a une lourde amende à la clé !

AQUA SANTA /EGERIA

Aqua Santa Egeria (6)Les romains y viennent remplir gratuitement leurs bouteilles.

Aqua Santa Egeria (2)
Si vous vous promenez sur l’appia antica, je vous conseille d’aller gouter  l’eau de source Egeria appelée aqua santa (eau sainte). Tout cela lié à une belle histoire…
Selon la mythologie romaine, le second roi légendaire , Numa Pompilius rencontrait régulièrement la nymphe des sources, Égérie. Elle le conseillait sur sa politique en se servant des eaux de manière divinatoire. Après la mort de Numa, Égérie, inconsolable, fut transformé en source par Diane dont elle avait interrompu le culte par ses lamentations.

Natale con i tuoi, Pasqua con chi vuoi. “Noël avec ta famille, Pâques avec qui tu veux“

La plupart des commerces seront fermés  à l’exception de ceux, sur la  place d’Espagne et sur la rue del corso, quelques magasins seront ouverts le dimanche.

Les musées nationaux seront ouverts dont Colisée, Galerie Borghèse, Château Saint Ange….  Le dimanche, vous ne pourrez visiter certains lieux car s’y déroulent des offices (principalement entre 10h et 12h, comme au Panthéon).

Attention,  le vendredi saint, le Colisée est ouvert uniquement jusqu’à 14h, ensuite aura lieu le chemin de croix : Paroles du Pape François :http://www.vatican.va/holy_father/francesco/speeches/2013/march/documents/papa-francesco_20130329_via-crucis-colosseo_fr.html

Le vendredi saint, le repas est à base de poissons.  Pour le déjeuner dominical, Rome déguste la coratella, préparée à partir des différents abats d’agneau (poumon, cœur, foie, thym) et l’abbacchio (agneau de lait).

Pour terminer le banquet pascal,  point de cloches, ni d’œufs cachés La colomba de Pâquesdans le jardin, mais la traditionnelle colomba, dessert brioché en forme de colombe,  orné de fruits confits et d’amandes. Cette tradition est liée à l’invasion de Pavie, au VIe siècle, pendant laquelle le Roi des lombards Alboïn,  reçu un met de cette forme en gage de paix.

Le lundi de Pâques, la « pasquetta », les romains partent en excursion dans le Latium… L’idéal est de pouvoir louer une voiture, pour se rendre à Subiaco, Palestrina, Orvieto, la région de Viterbo…