Les soldes hivernales à Rome

Les soldes se déroulent le 5 janvier pour terminer le 15 février 2018. Envie de faire des folies ?A Rome, l’ouverture desoldes hivernales à romes magasins est en général de 9h30 à 13h puis de 16h à 19h30, entre les deux… on fait la sieste !

PLACE D’ESPAGNE

Même dans l’idée de ne faire que du lèche vitrine, le point de départ de votre périple pourrait être la rue Condotti,  constellée des géants de la haute couture italienne tels que Valentino, Armani, Gucci, Prada, Fendi, Dolce & Gabbana, Ferragamo, Battistoni

Pour un côté plus glamour et  élégant : les rues Frattina (Gente, Pollini, Versace) et rue Borgognona, qui avec la rue Bocca di Leone, accueillent les marques mondialement célèbres parmi lesquelles il est utile de mentionner Trussardi, la boutique chic de Cesare Paciotti et l’ atelier raffiné de Pal Zileri ou encore Missoni, Sergio Rossi, Genny, Laura Biagiotti, Gai Mattiolo…

Le must rue del Babuino : Miu miu, Eleonara Boutique et le roi du chapeau made in Italy « Borsalino » et pourquoi pas une pause au caffè Canova, atelier du sculpteur néo-classique. Sans oublier naturellement les joailliers Bulgari, Cartier et Federico Buccellati.

RUE DU CORSO

En revanche, c’est la rue del Corso, une des artères principales de Rome, que les romains arpentent de long en large tous les week- end. La plupart des magasins de cette rue sont ouverts le dimanche.

Vous y trouverez absolument tout !  Habillements pour femme et homme, lingeries, accessoires et bien sûr sacs et chaussures. Pour l’habillement : DaDa, Stefanel, class, le group, Frette, Massimo Dutti,  pour les chapeaux de ces messieurs : Radiconcini, pour les sacs Gigli et pour les chaussures, Da Aldo.

En vous promenant, vous serez attiré par la beauté d’un lieu, c’est à la Galleria Alberto Sordi où vous pourrez  faire une pause en vous restaurant.  Vous y trouverez l’équivalent du Printemps : La Rinascente .

Cependant les marques des chaînes internationales Zara, H & M, Mango sont également au rendez-vous sur le corso ; mais …les prix sont les mêmes qu’en France !

Si vous habitez plus proche de Campo de Fiori , vous pourrez trouver une grande variété de magasins rue Giubbonari, Baullari comme par exemple Taba; pour ceux qui transitent par la gare Termini, la rue Nazionale vous offrira également un grand choix de boutiques.

QUARTIER DU VATICAN

Pour ceux qui iront se délecter de la beauté de la Chapelle Sixtine, vous aurez l’occasion de passeggiare sur les rues Cola di Rienzo et Ottaviano où pullulent les magasins de renom comme Luisa Spagnoli, Max Mara, Cerruti et David Saddler, mais aussi les chaînes de la mode tel que Miss Sixty, Ethic, Fornarina, Onix et Sisley.

Pour les fashion victims, à la recherche de boutiques trendy du prêt à porter, je vous conseille la rue di San Francesco a Ripa dans le Trastevere. Dans le quartier du Colisée : Kokoro, Miki Way, Tina Sondergaard sont rue del Boschetto ou encore Pifebo rue  dei Serpenti 141. Et la mythique rue del governo vecchio (campo dei fiori) : Beatrice C., Josephine de Huertas & Company, Civico 93, Penny Lane, Utile Futile

Les soldes estivales sont prévues autour du 5 juillet.

Ce que les romains mangeront pour noël

La veille de Noël, Rome se délecte d’un repas de poissons et fruits de mer.

Gambas grillées, beignet de morue,  spaghetti aux tellines, anguille frite, puntarelle aux anchois et en dessert les gâteaux caractéristiques :  le pangiallo et  le pampepato.

Le pangiallo, sous la Rome antique, était servi lors du solstice d’hiver, afin de favoriser le retour du soleil. C’est un dessert à base de figues sèches, safran, miel, fruits secs et confits.pangiallo

Le pampepato  est connu depuis le  XVIe siècle avec l’arrivée des épices en Occident, ce dessert est composé d’amandes, noisettes, pignons de pin, cannelle, poivre, noix de muscade, orange et cédrats confits ainsi que de raisins secs mélangés à du chocolat, café, liqueur, miel, farine.

La puntarelle, pousses de chicorée, se servent traditionnellement avec une sauce composée d’ail pilé  aux anchois, auxquels on ajoute un bon vinaigre de vin.

Le déjeuner du 25 décembre – le noël romain est à base de  viande : beignets frits de brocoli, fleurs de courgettes ou de pommes, tortellini au bouillon de poule, agneau de lait rôti et artichauts, fruits secs, ricciarelli (biscuits aux amandes) et torrone (nougat).

Les biscuits romains de noël «I Mostaccioli »

«I Mostaccioli » C’est la version la plus simple, mais ils peuvent être glacés au chocolat ou avec des amandes et des écorces d’orange…

Ingrédients pour la préparation

60 g de farine

100 g de noisettes ou noix décortiquées

100 g de miel

2 blancs d’œufs

cannelle

poivre

Préparation

Prenez un récipient dans lequel vous pétrirez la farine avec le miel, les blancs d’œuf, les noix ou les noisettes, le poivre et la cannelle.

Coupez- les en bandes, puis en forme de losange et mettez-les sur la plaque du four beurrée ( anti Mostaccioliadhérente si possible).

Travaillez la pâte jusqu’à ce qu’elle soit bien  homogène, puis étendez-la sur un plan de travail. Faites cuire les mostaccioli au moins 20 minutes à 180°C.

Rappelez-vous de les retirer de la plaque,  uniquement lorsqu’ils seront complètement refroidis.

Buon appetito !

Passer noël à Rome

Rome accueille Natale de manière plus religieuse, que commerciale. Les petits santons se préparent à pointer le bout de leur nez alors que notre indétrônable sapin vert ne côtoiera pas forcément la cheminée. Dans les rues, peu d‘illumination d’ailleurs, font place les zampognari (joueurs de flûte traditionnelle), qui chaque année descendent des montagnes des Abruzzes et de la Ciociarie*.

L’énorme festin natalizio sera de rigueur, et oui, nous sommes en Italie !palmier lomo

Anguilles marinées, mollusques, crustacés vous seront servis. Et puis, pour finir le célèbre Panettone qui est passé depuis longtemps au-delà des Alpes.  Mais connaissez-vous ses variations au chocolat, sans fruits confits, etc ? Vous en trouvez au célèbre centre commercial prônant la gastronomie italienne,  EATALY**. Si vous voulez jouer aux Polentoni***, vous pourrez opter pour le Pandoro, gâteau de Noël véronais.

Pour les enfants, ne manquez pas le marché de noël de Piazza Navona qui regorge de jouets et d’objets artisanaux.  Outre les figurines chrétiennes, les enfants seront surpris de se trouver nez à nez avec…une sorcière, la Befana, qui amène traditionnellement à l’épiphanie des cadeaux aux enfants sages et du charbon ( aujourd’hui sous forme de bonbons !) à ceux qui ne le sont pas…

Le presepio (crèche) monumental avec des statues de plus de trois mètres, réalisées en 1846 sur la place Saint Pierre est toujours au rendez-vous. À côté duquel, s’élève un sapin de Noël donné tous les ans par une région différente. Cette année, l’arbre, de 25 mètres de haut a été offert par la région du Molise. Vous verrez bien d’autres lors de l’exposition « les 100 crèches » à l’ église Sainte Marie du Peuple, cependant, il faudrait aller à Naples, contrée ancestrale des presepi, pour admirer les plus belles réalisations.

La Ciociarie*  soit« terre des ciociàri », vient du nom des chaussures traditionnelles connues sous le nom de ciocia. C’est une région du Latium évoquée dans le film de De Sica, La Paysanne aux pieds nus, pour lequel Sophia Loren, reçu l’Oscar en 1961.

EATALY** http://www.roma.eataly.it/(métro Piramide)

Polentoni***  en référence à la polenta servie à Milan, les gens du sud sont en revanche, les terroni.

Réveillon à Rome

Le dîner du nouvel an reflète la gastronomie italienne fondée sur des plats aux goûts simples et authentiques avec des produits d’excellente qualité. La tradition veut qu’à minuit, on déguste du cotechino (semblable à la saucisse de Morteau) et des lentilles, afin d’être riche l’année suivante. Cela fait des années que j’essaie sans résultats, peut-être que pour vous cela fonctionnera ! Régalez-vous !

Deux adresses pour réveillonner :

Restaurant traditionnel : Renato e Luisa


via dei Barbieri, 25 (largo torre argentina). Pour réserver : info@renatoeluisa.it

Menu POISSON

Panzanella di gamberi (crevettes)

Tortino di polpo (poulpe)

Crostini di alici ( anchois) di Cetara con burro Occelli e pomodoretti confit

Raviolone  spigola (bar) e zucchine (courgette) con pomodoretti infornati  e pecorino (fromage brebis)

Trancetto di tonno (thon) in granella di nocciole (noisette), carciofo alla romana (cœur d’artichaut)

Tortino al cioccolato

€ 80,00 par pers. (vins ne sont pas inclus)

Menu VIANDE

Prosciutto di parma 18 mesi  e burrata (fromage fait à partir de mozzarella, avec un cœur crémeux)

Polpettine di bollito (boulette de boeuf)con purè di sedano rapa (céleri)  marmellata di peperoni (poivrons)

Carciofo alla giudia (artichaut frits) con ricotta aromatizzata all’arancio (orange) e lardo Patanegra

Ravioli stracotto (boeuf braisé) e burrata al vino rosso

Stinco di vitello (veau) al marsala con albicocche secche ( abricots secs) e finocchietto selvatico (graines de fenouil)

Cheesecake ai frutti di bosco

€ 70,00 par pers. (vins ne sont pas inclus)

Les menus comprennent, pain, eau, café, gressins fait maison


Restaurant moderne : Il Buff

Produits des Pouilles et de Calabre. Demandez Franco !

via di S. Francesco a Ripa, 141 (Trastevere).

Tél. :  +39 06 581 9667. Menu à 100 € par personne .Pour réserver : info@ilbuff.it

buff nouvel an

Le nouvel an à fêter à l’italienne

Le capodanno remonte à la fête du dieu romain Janus (d’où l’étymologie du mois de janvier), on avait déjà pour coutume de fêter le passage pour le nouvel an. Au VIIe siècle, ce culte étant païen fut déploré par Saint Eloi ; la Saint Sylvestre reste aujourd’hui pour les italiens, la fête de ce pape sanctifié du IV e s. qui instaura la tolérance du christianisme au sein de l’Empire romain.

La tradition profane de cette fameuse nuit de la Saint Sylvestre est de porter des sous-vêtements rouges comme porte-bonheur.

Auront lieu des concerts et spectacles sur la rue dei fori imperiali et autel de la patrie (Vittoriano). Nous ne connaissons pas encore le programme.

La nuit du 31, un grand concert  a lieu en général à 22h au circo massimo, sauf en 2017.

Les feux d’artifice ne manqueront pas,  les romains en sont très friands, on les entend constamment durant l’année pour fêter un diplôme, un baptême… Vous pourrez grimper sur le mont Janicule, sur la butte qui surplombe le Colisée (au-dessus du métro Colosseo)  pour les admirer. Les fêtards se retrouvent en général place du Peuple, mais attention aux pétards  qui fusent de tous côtés ! Heureusement, vous n’aurez plus l’occasion de voir jeter des balcons, des vieilles machines à laver, des plats…. comme on faisait encore dans les années 70.

Envie d’Opéra ?  Les plus beaux airs d’Opéra avec chanteurs de l’orchestre philharmonique de Rome en costumes du XVIIIe siècle. Au programme entre autres G. Donizetti, G. Rossini, G. Verdi, G. Puccini…..Chiesa Anglicana All Saints – via del Babuino,153. Pour réserver : tel. 06.85301758 ou par email: service@romeguide.

Pourquoi Rome ?

Souvent les visiteurs me demandent pourquoi j’ai choisi Rome. Voici quelques explications pour vous prouver que ce n’est pas que pour le soleil !
A Rome 1.469,17 ha (dont 38,9 ha correspondent au Vatican) sont répertoriés par l’Unesco dans la célèbre World Heritage List.

Le centre historique, inclus dans les murs auréliens, ne comprend pas moins de 25.000 lieux d’intérêt historique, archéologique et environnemental.

Pensez aussi aux souterrains : 120 lieux visibles, et tout n’a pas été fouillé: imaginez  20 mètres de stratification pendant 2800 ans d’histoire.
Rome est la ville avec le plus de monuments au monde, et par m2 !

Et puis on peut se rendre à la mer en une demi-heure ou se délasser dans les nombreux parcs …. Là aussi, les capitales européennes n’ont qu’à bien se tenir : 7680 ha d’espaces verts en comptant la banlieue et 1055 ha dans le centre ! Pour en profiter, je vous conseille le parc Celimontana, Doria Pamphilj et bien sûr Villa Borghèse.
Mais pour ceux qui voudraient la vraie campagne, il suffit de rejoindre la via appia antica, à 5 km du cœur de la ville, pour voir moutons, fermes et ruisseaux.

Difficile de faire des choix !
A ne pas manquer le quartier Trastevere (autour de Santa Cecilia), les rues autour de place Navone (via dei coronari et via governo vecchio), via appia antica, via Margutta et la Villa Médicis, les collines de l’Aventin et du Célius.

Sans oublier le farniente, la dolce vità et la chaleur des habitants qui séduisent 30 000 français expatriés. Il existe un humour proprement romain, des traditions vivantes (on parle encore le dialecte romain !) et une vie de quartier qui vous transportent dans une ambiance des villages italiens du sud.

Je mentirais de ne pas vous avouer que la gastronomie m’a comblée aussi. Évidemment, les romains ne cuisinent pas uniquement les pizzas et les pâtes. Goûter les stracetti e rucola, saltimbocca alla romana, etc..voir en détail : Que commander au restaurant

Pour les amateurs de montagne, les premières pistes sont à 1h30 de Rome, alors quand venez – vous vous installer ici ?

L’humour romain le voilà, à regarder avec les sous-titres et au troisième degré !

Paris vs Rome centre historique

Paris vs Rome Espaces verts

Paris vs Rome les espaces verts 2

 

Les meilleures pizzas romaines

Même si le règne de la pizza, c’est Naples avec ses pizzas à pâte épaisse, à Rome vous les trouverez souvent à pâte fine, toutes aussi alléchantes. Les romains les accompagnent de beignets frits (i fritti) en entrée et de bière. Si vous êtes tentés d’en faire à la maison, le secret, c’est la qualité de la farine. Mais également le temps adéquat pour faire lever la pâte ! Au moins 24h, pour les puristes. Disons que si elle n’a pas levé assez longtemps avant de la faire cuire, elle gonflera dans votre ventre !

Je vous dévoilePizza roquette tomates mozzarella une petite sélection des meilleures pizzas de Rome.

Exceptionnelle mais … elle ne se trouve pas dans le centre !

Pizzeria « La Fucina » via Giuseppe Lunati, 25 (Portuense). Le soir uniquement. Fermé le lundi. On peut déguster plusieurs goûts sur une seule pizza.Nota bene : le prix n’est pas celle d’une pizzeria traditionnelle.  Pâte fine.

Dans le centre historique, par quartier :

« Emma pizzeria«  via Monte della Farina 28/29. (campo dei fiori) Ouvert tous les jours. Pâte fine.

« Obicà » Mozzarella Bar place Campo dei fiori, 16. (campo dei fiori). Ouvert tous les jours. Pizza à base de produits bio, dans un bar trendy sur la place du marché. Pâte épaisse.

Pizzeria « Baffetto«  via del Governo Vecchio, 114. (campo dei fiori). Fermé le mardi.  Vous trouverez souvent une file d’attente, allez y tôt car les romains mangent tard. Pâte fine.

 Pizzeria « La Montecarlo«  vicolo Savelli, 13 (place Navone). Fermé le lundi.  Ambiance romaine garantie, même si prise d’assaut, les serveurs ont toujours un mot pour rire. Ma pizzeria des années Erasmus, nostalgie quand tu nous tiens….Pâte fine.

Pizzeria « La Focaccia«  via della pace, 11 (place Navone). Ouvert tous les jours. Midi et soir. Terrasse sympathique avec vue sur l’églipizza bufalase Santa Maria della pace. Pâte épaisse.

Bir&Fud, via Benedetta 23 (trastevere) Ambiance jeune dans quartier branché. Pâte épaisse.

Pizzeria « Ai marmi » viale di Trastevere, 53 (trastevere). Fermé le mercredi. Une institution. L’humour romain par excellence, les tables sont de marbre gris, rebaptisée souvent en dialecte, er orbitorio, la morgue ! Pâte fine.

Pizzeria « Piacere Molise «  via Candia, 60 (vatican). Fermé le mardi.  La pizzeria familiale du Vatican.

Où se régaler sur le pouce ?

Pour changer des traditionnels trattorias et restaurants… Voici les meilleures adresses de la capitale italienne où déguster une gastronomie simple mais goûteuse, même sur le pouce !

POUR DEJEUNER (par quartier)

♥ Pizza al taglio

Pizza à la coupe que vous payez au poids, mais vous pourrez également y découvrir les supplis et autres « fritti »
**Pizzarium** via della Meloria, 43 (Vatican)
**Pizzeria di Sforza Piero** via Celimontana, 17 (Colisée)
**La Boccaccia** via di Santa Dorotea, 2 (Trastevere)
** Pizza Florida** Via Florida, 25 (Panthéon)

♥ Tavola calda

Des plats chauds, sous forme de self-service vous seront proposés.
**Bar Tavola Calda La Licata** via dei Serpenti, 165 (Colisée)
**Forno Feliziani** via Candia, 61 (Vatican)
**Caffe Torino / Bar Tavola Calda** via Torino, 40 (Villa Borghèse)
**Tavola calda da Simone e Mirella** via Di Ripetta, 257 (Place d’Espagne)


 POUR DINER (par quartier)

♥ Aperitivo

Le principe de l’apéritif n’a rien à voir avec notre pastis national, même si ce concept vient de l’Italie septentrionale. Entre 19h et 21h, on vous proposera un large buffet, accompagné d’un verre. Tarifs entre 10 et 15 €. Par ordre décroissant, selon les quartiers les plus vivants :
**Pastificio Cerere** via Tiburtina, 196. Cocktails du mardi au vendredi délicieux ! (San Lorenzo).
**Enoteca Ferrara** angle entre via del Moro, 1 et piazza Trilussa, 41 (Trastevere)
**Doppio Zero** via Ostiense, 68 (Garbatella)
**Periodico Cafè** via Leonina, 77 (Colisée)
**Cul de Sac** piazza Pasquino, 73 (place Navone)

♥ Oenothèques

Les plats de fromages et charcuteries seront un régal pour découvrir les vins italiens. Vous n’aurez que l’embarras du choix parmi les rouges Nero d’Avola Chiaramonte, Refosco, Lagrein et les blancs Ribolla gialla, Falanghina, Greco di tufo…
**Oenothèque Pentagrappolo »** via Celimontana, 21B. Fermé le lundi. (Colisée). Demandez Simone, vous n’en serez que mieux reçu.
**Vino Allegro** piazza G.T. Arquati, 114 (Trastevere). Ouvert tous les jours.
**La Barrique** via del Boschetto, 41/b (Ste Marie Majeure/Termini)
**Il Goccetto** via dei Banchi Vecchi, 14 (place navone)
**Casa Bleve** via del Teatro Valle, 48/49 (place navone)

Conseils pour visiter Rome

Voici quelques indications utiles, afin d’éviter les files d’attente et payer moins cher les musées.

Pour les billets d’entrée, pensez à prendre vos cartes d’identités avec vous pour les moins de 18 ans.

Musées Vatican : Je vous conseille de choisir 14h comme horaire pour éviter le plus possible la foule. L’entrée des musées requiert une réservation obligatoire au plus tôt, afin d’obtenir les coupe-files. A partir de ce lien en anglais vous pourrez effectuer la réservation des billets : Coupe-files Vatican Vous ne pourrez réserver qu’à partir de deux mois avant la visite. Vous devez vous munir de votre carte d’identité et des noms des participants. Paiement en ligne.

Vous visiterez des lieux saints, pensez à avoir les épaules et les jambes couvertes à hauteur des genoux.

Colisée : Pour visiter le Colisée, l’astuce est de prendre les billets au forum romain, via dei fori imperiali à l’entrée du forum romain car billet jumelé avec le Colisée, ce qui évite de faire la queue au Colisée. Du forum, vous sortirez de la basilique Maxence et Constantin pour passer directement dans la file déjà muni de billets,  au Colisée. Le billet est aussi jumelé avec la colline du Palatin. Ce billet dure deux jours mais une seule entrée est valable par site.Paiement en ligne.

Vous pourrez  réserver en ligne des coupe-files sur le site suivant en anglais (et italien) : Coupe-files Colisée.

Le Palais Farnèse : (ambassade de France) peut se visiter uniquement les lundis et vendredis à 15h et 16h sur réservation sur le site Inventer Rome

 Si vous souhaitez voir la Galerie Borghèse, sachez que vous devez obligatoirement réserver et régler à l’avance. Cette visite obligatoirement dure 2 heures. Vous pouvez appeler au tel. 0039 06 32810 ou pour la réservation en ligne vous pouvez consulter le site : Coupe-files Galerie Borghèse. Les horaires possibles sauf le lundi sont 9h, 11h, 13, 15h et 17h. Vous devez vous présenter une demi-heure avant, car, il vous faudra payer les billets et déposer vos sacs  au vestiaire avant la visite. Attention, pour se rendre à la galerie Borghèse, le lieu est mal indiqué dans le parc couvrant 80ha, bien regarder l’entrée sur google maps au préalable

Logement : voici le site internet d’une amie française, Sophie, qui propose des appartements et des B&B bien placés dans Rome et de bons rapports qualité -prix. Vous pouvez contacter Sophie de ma part : Dormir à Rome, son mail :  sophie@dormirarome.com.

Activités enfants à Rome

Conseils par thème avec vos bambini

Mes coups de cœur **

Jardin des Tarots de Niki de Saint Phalle

Jardin des Tarots de Niki de Saint Phalle

Bomarzo

Parcs des monstres de Bomarzo

CULTUREL

Musée Léonard de Vinci** machines en bois, grandeur nature, que l’on peut actionner, au Palais de la Cancelleria (piazza della cancelleria). Explications en français et didactiques. Horaires : tous les jours, de 9h à 19h30.Il y a en un autre aussi place du Peuple. Si Rome m’était contée organise des visites guidées pour les enfants.

Palazzo Valentini** à partir de 8 ans. Visite d’une maison romaine de manière interactive. Les visites se réservent aussi directement sur place ( une seule visite en français dans la journée, à 11h30). Via Quattro Novembre, 119a.Réservation à faire longtemps à l’avance en ligne ou par téléphone. www.palazzovalentini.it

-Time Elevator machine à remonter le temps, qui plaît beaucoup aux enfants et aux parents pour avoir une vue chronologique de l’histoire romaine, on s’y perd un peu ! Via dei SS. Apostoli (place de Venise).

– Les Gladiateurs  plus de 300 pièces retraçant l’histoire de l’armement des gladiateurs dans la zone archéologique du stade de Domitien, situé sous la place Navone.  Via di Tor Sanguigna, 3. Ouverture tous les jours sauf le lundi de 10h00 à 19h00.

–  Museo Civico di Zoologia via Ulisse Aldrovandi 18, fermé le lundi, ouvert les autres jours de 9h à 19h.

– Planétarium et le Musée de l’Astronomie métro Eur Fermi, en semaine : spectacle à 12h30, plus de créneaux le week-end.
– Technotown  au sein de la Villa Torlonia, parc dédié aux nouvelles technologies . Plus de 8 ans (de 16h à 18h l’après-midi en semaine et 10h-18h le week-end).

DÉCOUVERTE DANS LA VILLE

– Le trou de serrure sur la colline de l’Aventin** on l’on voit trois pays d’un coup d’œil (piazza cavalieri di malta)
– La bouche de la vérité dans le portique de Sainte Marie in Cosmedin** si l’on ment on se fait mordre la main par cette bouche, mais oui souvenez -vous Audrey Hepburn dans Vacances romaines ! (piazza bocca della verità). Ces deux sites sont inclus dans la visite guidée Les légendes de Rome.

– Palazzo Zuccari ** « monstrueuse » façade … c’est à via Gregoriana (Place Espagne, métro Spagna)

Les tortues du parc Villa Doria Pamphilj (Trastevere)

– Les centaines de chats en liberté au Largo Argentina (derrière le Panthéon), évidemment cela plaît beaucoup aux enfants de les compter ! De quoi les occuper !

Lire la suite

Lors de votre séjour, vous ne pourrez pas partir de Rome sans…

  1. Acheter un sac en cuir chez Carlo Cecchini
  2. organiser un pique-nique sur la colline du Janicule au coucher du soleil
  3. croquer dans la focaccia (pizza blanche au romarin) dans la boulangerie le Forno au Campo dei fiori.
  4. Faire du shopping à la via del governo vecchio
  5. se délecter chez le glacier la Romana
  6. sentir l’atmosphère de Rome à la terrasse de l’Osteria delle Coppelle
  7. tester vos talents de sommelier à œnothèque Ferrara
  8. ramener de l’huile d’olive de Fara sabina à vos proches
  9. se rafraîchir grâce aux «grattachecche » à la noix de coco ou au citron sur les bords du Tibre (fermé dès octobre, ouvre au printemps).
  10. plonger dans l’antiquité en dégustant le porc comme l’aimait Jules César au restaurant Spirito Divino

Lire la suite

Que commander au restaurant ?

Ce petit guide culinaire vous sera utile pour déguster des plats typiquement romains dans des lieux vraiment romanacci !

Les romains cuisinent simplement, avec trois ingrédients seulement, ces mets viennent émoustiller vos papilles. C’est une cuisine populaire, on y trouve souvent les abats. Chez eux, il faut rendre honneur au maitre de maison, vous devrez manger jusqu’aux … pastarelle (choux à la crème) !

Comment choisir un endroit où se délecter quand on a marché toute la journée… on fait facilement 14km par jour en traversant le centre historique, tout se faisant à pied.

Bien analyser le menu exposé à l’extérieur : la carte ne doit pas être, si possible, traduite en plusieurs langues. Même si c’est bondé, même s’il y a les nappes à carreaux caractéristiques, je dis non. Mais rendez vous plutôt, là où cela parle fort et où  les italiens gesticulent, et comme le disait Jean Cocteau, ce sont des français de bonne humeur !

Évidemment, évitez surtout les places connues comme Spagna ou Navona, les racoleurs, ou les légumes exposés dans la rue ! Continuez quelques minutes, en vous perdant dans les méandres des ruelles de la ville éternelle…

Bruschetta

Il n’y a pas que la Bruschetta !

Antipasto / Entrées

Suppli boulette de riz fritte à la tomate et mozarella

 Filetti di baccalà beignets de morue

Fior di zucca beignet de fleur de courgette faisant partis des fritti (olive, mozzarelle, anchois…)

Primo / pâtes ou riz

Attention il y a une typologie de pâtes pour chaque sauce, et c’est un scandale si vous coupez vos spaghettis!

Bucatini all’amatriciana joue de porc salée originaire de la petite ville d’Amatrice, à la limite du Latium et des Abruzzes, fromage de brebis appelé pecorino, tomate, piment

Penne all’arrabiata, pâtes légèrement pimentées ail, piment

 Spaghetti o Tonarelli Cacio e pepe, pâtes aux poivre et fromage de brebis appelé pecorino

 Gnocchi (prononcez nioki) à la semoule au parmesan

 Risotto funghi porcini aux cèpes, même si le risotto est piémontais et que ce plat est plutôt toscan, c’est toujours un délice !

Zuppe di farrò, soupe à l’épeautre et toutes de types de soupes comme pasta e ceci, pâtes aux pois chiches

Spaghetti alle vongole, aux tellines, ail et persil

Secondi / Plats de résistance

Saltimbocca alla romana, veau, jambon de parme, sauge, vin blanc

Stracetti e rucola, bœuf avec roquette, vinaigre et copeaux de parmesan

Scaloppina di vitello, escalope de veau, juste un peu de citron et c’est divin !

Abbacchio scottadito, agneau de lait

Involtini roulés de veau avec différents ingrédients jambon ou fromage

Porchetta cochon de lait grillé, laurier

Calamari farciti o fritti, calamar farcis ou frits

Seppie con piselli, sèche aux petits pois

POUR LES AMATEURS :

Pajata, intestin de veau de lait

Coda alla vaccinara, queue de bœuf sauce tomate et céleri

Trippe alla romana, à la menthe et au fromage pecorino

Coratella, différents abats d’agneau (poumon, cœur, foie, thymus) mijotés avec des oignons dans du vin blanc.

Contorni / Légumes

Les légumes sont à demander en plus de la viande, c’est un plat à part.

Patate al forno Pommes de terre au four au romarin

 cicoria, chicorée sautée à la poêle avec ail, piment relevé et un peu amer

Puntarelle (en hiver seulement pousses de chicorée, sauce composée d’ail pilé aux anchois, bon vinaigre de vin)

Fave Fèves crues avec des petits morceaux de pecorino ou préparées avec des oignons et de la pancetta

Carciofi alla Giudia artichauts frits de la cuisine traditionnelle juive romaine

Carciofi alla romana Coeur d’artichaut « mammola », persil, menthe, chapelure

Dolci / Desserts

On connait tous le tiramisu, la panna cotta, parfois vous trouverez :

Torta della nonna, tourte à la crème pâtissière et pignons

Pastiera napoletana, tarte à la ricotta et fleur d’oranger

Zuppa inglese biscuits à la cuillère trempés dans de l’alkermès et disposés en alternance avec des couches de crème pâtissière

Fruttini fruit givré

Liquori/ Liqueurs

Mirto obtenue par macération de baies de myrte ou d’un mélange de baies et de feuilles

Amaro obtenue par macération d’herbes, racines, fleurs, écorces, zestes d’agrumes et autres épices dans de l’alcool

Petites sélections :

  • Trattoria Tanto per magna, Via Giustino de Jacobis, 9 (metro Garbatella)
  • La Tavernaccia, via Giovanni da Castelbolognese 63 (quartier Trastevere) où vous trouverez les fruttini
  • Filetti di baccalà, piazza dei librai (quartier campo dei fiori)
  • Il pentagrappolo: bar à vin où déguster fromage et charcuterie. Soirée romantique garantie, live jazz vendredi et samedi soir. Via celimontana, 16. (quartier Colisée)
  • Pizza al taglio: Forno, place campo di fiori et Pinsere, via Flavia, 98 (quartier Termini)
  • Caffé Saint’Eustachio, piazza Sant’Eustachio (quartier Panthéon)

Vous saurez tout sur le Roma pass

Est-il utile de prendre le Roma pass ?

D’une valeur de 36 € par personne, le Roma pass comprend les transports en commun (métro, bus, tram) pendant 3 jours et inclut deux entrées gratuites, puis des réductions aux principaux sites.

Ce pass fonctionnera hors Musées du Vatican avec le Colisée, Château Saint Ange, le Musée d’art antique Palais Massimo, Galerie Borghèse par exemple, voici la liste complète des sites concernés http://www.romapass.it.

Sachez que la plupart des musées  sont gratuits pour les moins de 18 ans, sur présentation de leurs cartes d’identité.

Il permet de sauter la file au Colisée et Château Saint Ange, sauf à la Galerie Borghèse, pour laquelle vous étés obligés de vous réserver à l’avance et de passer au guichet.

Vous trouverez le  Roma pass  auprès des aéroports ou certains bureaux de tabac, au point info touristique, via dei fori imperiali.  A composter une seule fois dans les transports,  lors de  la première oblitération.

Si vous êtes logés dans le centre, beaucoup de choses se font à pied, vous ne vous servirez pas forcément de ce pass qui coute un certain prix.

Il existe aussi la formule durant deux jours, le Roma pass 48 hours. D’une valeur de 28 €, ce  pass comprend les transports en commun (métro, bus, tram) et inclut une entrée gratuite aux différents musées, puis des réductions aux principaux sites.

L’entrée est toujours gratuite pour les sites suivants : Accademia Nazionale di San Luca, Museo Carlo Bilotti ò Villa Borghese, Museo della Repubblica Romana e della memoria garibaldina, Museo delle Mura, Museo di Casal de’ Pazzi, Museo di Scultura Antica Giovanni Barracco, Museo Napoleonico, Museo Pietro Canonica a Villa Borghese, Villa di Massenzio.

Modalité d’utilisation :

  • il faut inscrire au dos du pass votre  nom, prénom et date d’activation (contrôlable au guichet d’entrée des musées).
  • il s’active dès la première utilisation dans un site ou dans un transport public.
  • il faudra le présenter à l’entrée du second ou troisième lieu visité pour obtenir les réductions.

Si vous ne souhaitez l’utiliser que pour les transports, il vaut mieux alors prendre le pass transport. Plus d’informations, cliquez ici : Comment se déplacer à Rome

Dégustation de vin

 Voici quelques œnothèques à Rome :

Il Pentagrapolo (Colisée) rue celimontanta, 21/b http://www.ilpentagrappolo.com

Vineria Trimani  (Termini) rue Goito, 20

Enoteca Al Parlamento (chef Massimo Viglietti) rue Prefetti, 15

Enoteca La Torre A Villa Laetitia (chef Danilo Ciavattini) Lungotevere Delle Armi, 22.

Enoteca Buccone (Place d’Espagne) rue ripetta, 109

Enoteca Ferrara (Trastevere) place Trilussa, 41

Enoteca Costantini (Vatican) place cavour, 16

Quelques indications …

ROUGES

negro amaro, nero d’avola, Primitivo di Manduria, Barbaresco, Brunello di Montalcino, Amarone della Valpolicella

BLANCS

verdicchio, vermentino, pecorino, falanghina, traminer, ribolla gialla, trebbiano d’abbruzzo

LES BULLES

Le prosecco et Franciacorta

Dégustation vins – Œnothèque Pentagrappolo

  •  Mousseux Franciacorta* Brut « Enrico Gatti, accompagné d’assortiments de Crostini (mousse de mortadelle et crème fraiche, tomates séchées et humus)
  • Aleatico di Gradoli « Andrea Occhipinti »** à déguster avec trois types de charcuteries
  • Barco Reale di Carmignano*** « tenute di Capezzana » marié avec trois types de fromages
  • Muscat d’Asti « Fratelli Bera »**** suivi de pâtisseries Roscioli (un des plus réputés de la ville)
  • Eau, Café inclus.

Lire la suite

Les chants traditionnels romains

Ce qu’on appelle i Stornelli appartiennent pleinement à l’immense patrimoine romain.
On y retrouve la vie quotidienne, l’esprit populaire de Rome. On y vante les louanges de sa beauté, sans oublier l’amour …et la beauté des femmes. On pouvait les entendre de balcons en balcons, dans les auberges (osterie), dans la bouche des vendeurs ambulants, charretiers transmettant ainsi aux générations futures.
Ici Cesare et Marcello chantent la sérénade.

Une certaine poésie émane de ces refrains, faisant l’éloge du bon vin des Monts Albains… Et en dialecte, s’il vous plaît ! Encore parlé dans les quartiers de Trastevere ou Garbatella, justement là où se trouve pour quelques années encore l’âme de la ville éternelle …
Si vous avez la curiosité d’aller écouter ces ritournelles que tous connaissent, vous verrez que juste quelques notes, pour que tous les jeunes se mettent à chanter à tue-tête en chœur …
Décidément Rome n’a pas vraiment rien d’une capitale !
L’ARCILIUTO Piazza Montevecchio, 5 (quartier Place Navone)
Programme varié entre chansons en dialecte du 16e – 18e siècle et musique italienne des années 20 à 60. Le diner et l’apéritif sont parfois proposés.
LE TERME DEL COLOSSEO Via del Cardello 13/A (quartier du Colisée)
Le vendredi soir, chanteur, soprano et ténor, en costume d’époque. Chants traditionnels romains et napolitains.
NAPUL’E
Viale giulio cesare (quartier du Vatican). Chansons traditionnelles napolitaines surtout et romaines.
Pour ceux qui parlent italien :
Le cabaret l PUFF de Lando Fiorini (quartier Trastevere). Une institution depuis 1968

Il farniente romain !

Voici quelques idées afin de passer du bon temps comme un vrai romain, dans la capitale italienne !

  • Se balader à un vélo dans le Trastevere : dépaysement garanti !
  • Flâner sur la colline du Caelius à travers le joli parc « Villa Celimontana »
  • Prendre un apéritif sur la plage à Ostie, à une demi-heure de Rome en train
  • Savourer en amoureux le coucher de soleil du parvis de la villa Médicis
  • Lire « Promenades dans Rome » de Stendhal en sirotant un bellini sur la terrasse panoramique de l’hôtel Raphaël
  • Bruncher à Vivi Bistrot en plein cœur du magnifique parc Doria Pamphilj
  • S’extasier devant l’oratorio del gonfalone au son de la musique Baroque
  • Se désaltérer d’une cedrata Tassoni sur la place San Simeone
  • Rester des heures devant la chapelle de Filipino Lippi, médusé par tant de beauté !
  • Se délecter d’une des merveilles de Dolceroma au ghetto en contemplant le théâtre Marcellus

Vos Vacances Romaines

Vacances romaines de William Wyler, 1953 ©Paramount Pictures

Vacances romaines de William Wyler, 1953 ©Paramount Pictures

Rome a été le personnage principal de nombreux films d’anthologie. De Fellini à Pasolini, le grand écran nous a fait rêver dans la cité éternelle, rendant hommage à ses plus beaux décors. Je vous propose aujourd’hui un parcours pour vivre, sur les traces d’Audrey Hepburn et de Gregory Peck, vos vacances romaines.

Pour bien commencer notre giro, munissez-vous de l’incontournable vespa. Faîtes vous indiquer la Piazza de la Repubblica et descendez-la Via del XX settembre qui se poursuit en Via del Quirinale. Vous voilà d’ores et déjà plongés dans le rocambolesque trafic romain.

Vous arrivez sur Piazza Venezia, mais ne vous arrêtez pas malgré l’imposant monument  surnommé la macchina da scrivere*, continuez toujours tout droit jusqu’à Torre Argentina. Malgré les changements depuis les années 50, vous reconnaîtrez sans doute les ruines où Audrey Hepburn s’attire les foudres des Carabinieri. Traversez- la place et prenez-la Via delle Botteghe Oscure (suivez le Tram), pour retrouver Piazza Venezia. En suivant la Via dei Fori Imperiali, vous découvrirez le Colisée, à l’instar de nos deux tourtereaux avant qu’ils ne soient rattrapés par les autorités locales.

Bien sûr, la vespa n’est pas obligatoire. Le parcours de Vacances Romaines est tout aussi réalisable pour les piétons.

 « J’aimerais m’asseoir dans un petit café, regarder les devantures, me promener sous la pluie, me distraire, m’amuser, ce n’est pas trop demander, tout de même ? »

A l’image de la réplique culte de la princesse Ann sur les marches de la place d’Espagne, prenez votre temps pour déambuler entre la fontaine de la barcaccia** au milieu de l’esplanade et les nombreuses boutiques. Vous pourrez même prendre une glace ou un café au célèbre Caffe Greco, Via Condotti.

A quelques pas, vous trouverez également la Via Margutta, où le personnage de Gregory Peck habitait au numéro 51.

Pour continuer la visite des lieux mythiques de Vacances Romaines, revivez l’inoubliable scène de la Bouche de la Vérité. Un disque en marbre de Carrare représentant  le dieu Faune est exposé dans l’église Santa Maria in Cosmedin depuis le XVIIe s. Cependant, la sculpture suscita de nombreuses légendes. On raconte que quiconque mentait, voyait sa main engloutie par la pierre, ou plus probablement coupée par un bourreau caché derrière.

Vous souvenez-vous de l’authentique mur d’ex-voto ? Ces plaques posées en remerciement d’une prière exaucée ? Le mur existe toujours mais les ex-voto ont été retirés quelques années après le tournage. Cependant, à Rome, de nombreux lieux de culte comme celui-ci sont accessibles au coin d’une rue. Rendez-vous, par exemple, au viale Trastevere.

Autorisez-vous une escapade au Château Saint-Ange, même si vous n’irez pas danser sur les rives du Tibre, vous pourrez visiter le Mausolée d’Hadrien, un lieu magique et plein d’Histoire, avec une vue imprenable sur Rome.

Pour finir, visitez le Palais Colonna où fut tournée l’émouvante et dernière scène de la conférence de presse.

Vous avez toujours rêvé d’être à la place de la belle princesse et de son journaliste aux charmes méditerranéens ? Vous voilà parés, pour vivre vous aussi vos Vacances Romaines.

*Autel de la patrie, monument pour l’Unité italienne.

**appelée la grosse barque par les romains, réalisée par Pietro Bernini en 1629.

Les secrets d’un bon Tiramisù

Mini tiramisù

Mini tiramisù

  • 500 g de mascarpone
  • 1,25 dl de café noir
  • 4 jaunes d’œufs
  • 100g sucre
  • 2cl amaretto ou marsala ou rhum
  • 200g biscuits à la cuillère
  • Cacao amer en poudre

Une fois arrivé en vacances à Rome, laissez vous tenter par un tiramisù ! Ce dessert d’origine septentrionale, qui signifie « remonte-moi », est présent dans toutes les trattorias et ristoranti romains dignes de ce nom. Vous en verrez des très jaunes (beaucoup d’œufs) ou plus pâles, et pour ceux qui n’aiment pas le café, testez également ceux aux fruits rouges, au limoncello….

Pour vous délecter du meilleur de la ville, il faut vous rendre chez Pompi, le règne du tiramisù depuis 1960, via della croce, 82 (métro piazza di spagna).

Cependant de retour à la maison, voici les bons conseils pour ce délice rapide et qui fait son petit effet :

Les bons ingrédients de base changent tout. Si vous avez ramené de Rome, un moka** bialetti, ce serait idéal pour réaliser un vrai espresso, sinon préparez un café serré non sucré. La marque du café fait beaucoup aussi, vous pourrez acquérir du café Pellini, produit à Vérone, de très bonne qualité même en supermarché.  Des œufs extra-frais sont de rigueur. Il vaut mieux choisir des boudoirs savoiardi ou pavesini, que vous trouverez en supermarché, afin que cela soit une recette 100 % parfaite. Verser le café dans un récipient afin qu’il refroidisse pour ne pas rompre les biscuits. Imbiber les biscuits de café et les réserver.

Il est conseillé de travailler le mascarpone au batteur puis d’ajouter les jaunes d’œufs, le sucre et la liqueur de votre choix afin d’obtenir une crème. La plupart des italiens ne mettent pas d’alcool en réalité, mais un peu de liqueur rend le tiramisu très goûtu. Incorporer délicatement   les blancs à cette mousse. Les blancs en neige doivent être très fermes, ce qui offre à la crème une douce onctuosité. Mettre une couche de biscuits imbibés dans des ramequins (plus jolis qu’un grand plat en verre) et recouvrir de crème en quantité suffisante, attention parfois trop de crème peut écœurer, il faut que votre tiramisù reste léger !

Il est indispensable pour un tiramisù réussi, de le laisser reposer au frigo une nuit. Saupoudrer de cacao avec un tamis au moment de servir, et non pas avant.  Le déguster avec un Moscato d’Asti Spumante La Selvatica A.O.C (muscat blanc à petits grains)

N.B : certains utilisent 6 œufs et 20g de sucre en plus, mais cela alourdit ce dessert…La cafetière Moka que tous les italiens utilisent aujourd’hui, a été crée par Alfonso Bialetti en 1933.

Panoramas de Rome

Image

Les jardins de la villa Médicis

Entrée avec un guide uniquement, jardin à l’italienne superbe avec une vue imprenable sur la capitale ! Le coup de cœur de Si Rome m’était contée.

La colline du Janicule

Pour une vue large sur Rome et une balade calme, ombragée et à l’écart des voitures bruyantes. Il est possible à partir du Trastevere d’y aller apprécier une vue panoramique sur les toits romains. Accès de via Garibaldi.

La vue du Pincio

Pour une vue au-dessus de la place d’Espagne et d’au-dessus de la Place du Peuple.

La vue de la cafétéria des Musées du Capitole (terrazza caffarelli)

Pour voir les toits du ghetto et admirer le théâtre Marcellus, tout en dégustant un bon café italien. Accessible du Capitole sans entrer dans les musées. Passez sous un petit arc puis à gauche.

Et pourquoi pas un tour en fiat cinquecento ou en vespa ?

Et pourquoi pas un tour en fiat cinquecento ou en vespa ?

Pour visiter le centre historique, le scooter n’est pas forcément l’idéal car beaucoup de rues sont en sens interdit, les pavés et la circulation ne facilitent pas le déplacement. Mais quel bonheur ! Pour vous rendre à l’Appia antica, sur le Mont Janicule ou encore à la mer, en revanche, c’est adapté ! Attention, pour ceux qui n’ont pas l’habitude de la conduite parisienne, les romains ont leur propre code de la route !

Pour louer scooters et vélos :

Scooters for rent, rue della Purificazione, 84 – (Place d’Espagne)
Rent Scooter Borgo, rue delle Grazie, 2 (Vatican)
Scoot a Long rue Cavour, 302 (Gare Termini)

Pour visiter Rome en voiture de collection ou fiat 500 http://www.happyrent.com/hrincentives/hriita/index.htm

L’épiphanie, jour férié à Rome

A Rome, pas de galette des rois mais une tradition qui remonte au XIVe siècle :  le 6 janvier, une sorcière, la befana offre des cadeaux aux petits romains, à l’instar des dons que les célèbres rois mages apportèrent au petit jésus. Si les enfants avaient été sages,  ils20130107_135551 trouvaient dans les chaussettes sur la cheminée :  bonbons, chocolats et fruits secs, sans oublier de petits cadeaux. En revanche, s’ils avaient été un peu trop dissipés, les enfants se contenteraient de.. charbon ! (de nos jours,  un bonbon de couleur noire). Traditionnellement, pour attirer la befana, on lui laissait des choses à grignoter, tel que des mandarines, du hareng fumé,  une sardine et un verre de vin.

Évidemment un tel personnage  ne peut découler que des cultes païens ; cette sorcière n’est que la transformation moderne de Mère nature – symbolisant la mort et le renouveau  de la nature- fêtée  la douzième nuit après le solstice d’hiver.  Les romains de l’antiquité pensaient que des divinités féminines volaient au-dessus des champs dans le but de favoriser les futures récoltes. Pour illustrer ce renouveau, on brûlait des fantoches de cette fameuse sorcière.

Puis vint l’évolution du culte profane vers une version chrétienne …. Les Rois mages, ne trouvant pas leur route vers Bethléem,  demandèrent leur chemin à une vieille dame.  Elle voulut les rejoindre, après s’être repentie de ne pas les avoir suivi malgré leurs requêtes insistantes. Afin de se faire pardonner, la befana  ira à la rencontre de tous les enfants, avec à son bras un panier rempli de douceurs,  en espérant trouver le messie …