Adresses culinaires Rome :

** Coups de cœur

Suite à cette liste, vous trouverez aussi pizzas, cafés, cocktails en terrasse, dégusation de vin, pâtisseries, où se régaler sur le pouce, que choisir au restaurant, les marchés…

Attention beaucoup de restaurants sont fermés le dimanche, ainsi que les 25 avril, 2 juin, 29 juin, 8 et 26 décembre, 6 janvier. En bleu, mes coups de coeur !

Quartier du Colisée:

Il Bocconcino via Ostilia, 23.Tél. + 039 06 7707 9175. Site internet en français : Il Bocconcino. 12.30 à 15.30/19.30 à 23.30 (Fermé le mercredi)

€ Oenothèque « Pentagrappolo » via Celimontana, 21B. Tél. +39 06 70 96 301. Fermé le lundi. Délicieux vins, charcuteries et fromages. Venez de ma part (guida francese, Anna).

A la sortie du Forum :

€ Glacier « La Dolce Vità » via Cavour, 306, une des meilleures de Rome.

 

Quartier Termini:

€ Trattoria « dell’Omo » via Vicenza, 18. Tél. + 39 06 490411 Ouvert Midi et soir. Fermé le dimanche. Demandez Antonio ! Le jambon cru est divin…. Venez de ma part (guida francese, Anna).

Quartier du Vatican:   

€ Pizza “Ziza” via Delle Fornaci 11. Pour déjeuner sur le pouce, pizza al taglio (au poids).

Non loin des musées :

€ Pizzeria “Piacere Molise via Candia, 60. Tél. +39 06 39 74 35 53. Fermé le mardi.

€ Osteria « Da Checco Ar 65 » via Santamaura 65. Tél. +39 06 64 52 58 63. Fermé le dimanche.  Goûtez le maialino al forno (porc), un délice ! Demandez Patrizio de ma part.

€€ Il Matriciano Via dei Gracchi, 55. Fermé mercredi. Tél. +39 06 321 2327

A la sortie de la place St Pierre :

€ Glacier « La Romana” ** via Cola Di Rienzo 2.  Le meilleur de mon top ten. A tester le cornet au gianduja et la crème chantilly au cacao. Egalement à via XX settembre 60 et Via Ostiense, 48.

Quartier de la Fontaine de Trevi :

€“ Greg’s caffè” à l’intérieur de l’université Pontificale Grégorienne piazza della Pilotta, 4. Pour manger sur le pouce. Jolie terrasse avec prix modiques.

€€ “Restaurant Colline Emiliane”** Via degli Avignonesi, 22. Fermé le lundi. Tél. +39 06 481 7538. Divin ! Les meilleures tagliatelles cèpes, tortellini à la bolognaise de ma vie. Réservation obligatoire,

Quartier de Campo dei fiori:

Boulangerie « Forno  » piazza Campo dei fiori. Tél. +39 0668806662. Essayez la “focaccia” appelée aussi “pizza bianca”. Fermé le samedi après-midi et le dimanche.

€€ Boulangerie “Antico Forno Roscioli via dei Chiavari, 34. Tél. +39 06 68 64 045. Pour déjeuner sur le pouce, pizza al taglio (au poids).

Pizzeria “Montecarlo“ pâte fine, de style romaine vicolo Savelli. 13. Fermée lundi.
Tél. +39 06 686 1877

€ Restaurant « Da Fortunata » via del pellegrino, 11. Mauro et Rita c’est une histoire de famille. On prépare les pâtes devant vous ! Tél. +39 06 60 66 73 91. Ouvert tous les jours. Midi et soir. Terrasse. Venez de ma part (guida francese, Anna).

€€ Restaurant « Taverna moderna » vicolo dei Chiodaroli, 16. Plats délicieux et inventifs, ambiance chaleureuse. Tél. 06 6880 3423

Quartier de la Place Navone :

€ Glacier « Da quinto » via tor millina 17.

€ Café « Chiostro del Bramante » au sein d’un cloître du XVe siècle, via Arco della Pace, 5. De 10 à 20h.

Pizzeria « La Focaccia » via della pace, 11. Ouvert tous les jours. Midi et soir. Petite terrasse. Pour ceux qui aiment les pizzas à pâte épaisse. Terrasse.

€ RestaurantIl desiderio preso per la coda” vicolo della palomba, 23. Fermé le dimanche et samedi midi. Cuisine italienne inventive. Tél.  +39 06 68 30 75 22. Terrasse.

€€ Osteria “delle coppelle » piazza delle Coppelle, 55/56/57. Tél.  +39 06 4550 2826. Bar Le derrière caché au fond de la salle…en traversant une armoire ! Terrasse. Ouvert tous les jours et pour déjeuner.

Quartier de la Place d’Espagne :

€ Bar « Ciampini” via Trinità dei Monti (en face de la Villa Medici).  Vue imprenable sur la ville. Tél. +39 06 678 56 78. Fermé de mi-novembre à mi-mars. Terrasse.

€ Fiaschetteria Beltramme, via della croce, 39. Tél. + 00396 6979 7200.

€€ Restaurant « Il Gabriello » via Vittoria, 51. Tél. +39 06 69 94 0810. Uniquement sur réservation par téléphone après 17h.

€€€ Restaurant gastronomique « Babette » via Margutta 1D/3. Tél.  +39 06 32 11 559. Cadre superbe et nouvelle cuisine italienne. Ouvert tlj

Quartier du Panthéon/ Ghetto :

€ Café « Sant’Eustachio Il Caffè » piazza Sant’Eustachio 82. Tél. +39 06 68 80 20 48. Torréfaction de leur propre café. A goûter la Monachella ! Pour en savoir plus : Blog Il était une fois Rome

Pâtisserie « Dolce roma » via del Portico d’Ottavia, 20/b. Tél. +39 06 68 92 196. Ouverture : 8h30 – 14h 15h30– 20h – Dimanche 10h à 13h. Essayez la fiorentina! Fermé le lundi.

€ Osteria « Pane Vino & San Daniele » piazza Mattei, 16. Idéal pour une dégustation de charcuteries et fromages, accompagné d’un bon vin. Tél. +39 06 68 77 147.

€ Trattoria « Sora Margherita« ** piazza delle Cinque Scole, 30. A tester : pâtes fraîches cacio, pepe et ricotta, la vraie panna cotta ! Tél. + 39 06 687 4216. ! Réservation  soramargherita@gmail.com. Venez de ma part (guida francese, Anna).

€€ Restaurant « Il giardino romano » via Del Portico d’Ottavia, 18. Tél. +39 0668809661
Réservation ilgiardinoromano@tiscali.it. Spécialités judéo-romaines. Fermé mercredi. Terrasse.

€€ Restaurant casher « Yotvata »: Piazza Cenci, 70. Tél.+ 006 6813 4481

Quartier Trastevere:

€ Glacier « Alla scala » via della scala 51.

€ Fiordiluna via della Lungaretta, 96. Fermé lundi, ouvert 13h -20h.

Biscuiterie « Innocenti » via della luce, 21. A goûter et à voir, le four date des années 40…. Demandez Stefania de ma part (guida francese, Anna).

€ Boulangerie et pizza al taglio (au poids) « La Renella » via del Moro, 15. Ouvert de 7h à 2h du matin. Même jusqu’à 3h le vendredi et samedi.€ Pizzeria Ivo a Trastevere** via di S. Francesco a Ripa, 158. Pizza aubergines, parmesan et guanciale (joue de porc), un délice ! Tél. 06 581 7082

Bar Lillo via dei Genovesi, 39 . Ouvert tous les jours. (plateau fromage charcuterie, desserts fait maison…)

Wikiwiki eat,  piazza della scala, 56. Tél. + 3208878308. Ambiance jeune.  Ouvert de 9h à 1h.  Planche charcuterie/ fromage à goûter burrata, fromage à la truffe. porchetta… Demandez Matteo de ma part (guida francese, Anna).

 €€ Restaurant “VII Coorte” ** piazza Sidney Sonnino, 29. Tél. +39 388 898 5314. Ouvert le soir. Fermé le dimanche. Réservation conseillée. Terrasse. Demandez Mario ou Paolo de ma part (guida francese, Anna).

€€€ Restaurant slow food « Spirito divino »** via dei Genovesi 31 a/b. Tél. +39 06 58 966 89 Réservation obligatoire. La chef propose le porc comme l’aimait Jules César selon la recette antique. Demandez Francesco de ma part (guida francese, Anna). Fermé le dimanche et le midi.

Quartier Garbatella:

€ Trattoria « Dar Moschino » piazza Benedetto Brin, 5 Tél. +39 06 51 39 473. Réservation conseillée. Accueil rustre et pas de menu. C’est cela la vraie Rome! Fermé le dimanche.

Trattoria « Tanto pe‘ magna » via Giustino de Jacobis, 9. La trattoria la plus romaine de mes conseils culinaires, cuisine simple mais savoureuse. Tél. +39 06 51 60 74 22.

€€ Osteria « dei Pazzi » via Enrico Cravero, 22/24. Tél. +39 06 9761 3866

UNIQUE ! € Boucherie/Trattoria Fratelli Squarcia** via delle Sette Chiese, 115. Fermé le dimanche.

Il y en a pour tous les goûts, des raviolis cacio e pepe (poivre, fromage de brebis) à tomber aux plats romains, la trippe, la pajata, la queue de bœuf, etc….

Quartier Testaccio:

€ Trattoria “Da Flavio al Velavevodetto” via di Monte Testaccio 97. Tél. +39 06/5744194. Terrasse

€ Trattoria Da Felice. via Mastro Giorgio, 29. Ouvert tous les jours, midi et soir. Tél.  06 574 6800. Le meilleur artichaut à la romaine du monde.

€€€ Restaurant « Checchino dal 1887 » via di Monte Testaccio, 30. Tél. +39 06 57 43 816. Réservation conseillée. Fermé dimanche et lundi.

Sur la via appia Antica  :

€€ L’archeologia

via appia antica, 139. Tél. +067880194. Ouvert tous les jours, midi et soir. Restaurant gastronomique délicieux. Demandez Gianluca de ma part (guida francese, Anna).. On peut descendre dans la cave  à vin… nichée dans un tombeau du 1er siècle !

Que commander au restaurant ?

Ce petit guide culinaire vous sera utile pour déguster des plats romains dans des lieux vraiment romanacci !

Les romains cuisinent simplement, avec trois ingrédients seulement, ces mets viennent émoustiller vos papilles. C’est une cuisine populaire, on y trouve souvent les abats (pajata, trippa, coratella). Chez eux, il faut rendre honneur au maitre de maison, vous devrez obligatoirement tout manger jusqu’aux … pastarelle (mignardises) !

Bien analyser le menu exposé à l’extérieur : la carte ne doit pas être, si possible, traduite en plusieurs langues. Même si c’est bondé, même s’il y a les nappes à carreaux caractéristiques, je dis non. Mais rendez-vous plutôt, là où cela parle fort et où les italiens gesticulent !

Évidemment, évitez surtout les places connues comme Spagna ou Navona, les racoleurs, ou les légumes exposés dans la rue ! Continuez quelques minutes, en vous perdant dans les méandres de la ville éternelle…

Vous l’aurez compris, il n’y a pas que la bruschetta (prononcez brousketta) !

Antipasto / Entrées

Suppli boulette de riz fritte à la tomate et mozarella

 Filetti di baccalà beignets de morue

Fior di zucca beignet de fleur de courgette (olive, mozzarelle, anchois…)

Primo / pâtes ou riz

Attention il y a une typologie de pâtes pour chaque sauce, et c’est un scandale si vous coupez vos spaghettis!

Bucatini all’amatriciana joue de porc salée originaire d’Amatrice entre le Latium et les Abruzzes, fromage de brebis appelé pecorino, tomate, piment

Penne all’arrabiata, pâtes légèrement pimentées ail, piment

Spaghetti o Tonarelli Cacio e pepe, pâtes aux poivre et fromage de brebis appelé pecorino

 Gnocchi (prononcez nioki) à la semoule au parmesan

 Risotto funghi porcini aux cèpes, même si le risotto est piémontais et que ce plat est plutôt toscan, c’est toujours un délice !

Zuppe di farrò, soupe à l’épeautre et toutes de types de soupes comme pasta e ceci, pâtes aux pois chiches

Spaghetti alle vongole, aux tellines, ail et persil

Secondi / Plats de résistance

Saltimbocca alla romana, veau, jambon de parme, sauge, vin blanc

Stracetti e rucola, bœuf avec roquette, vinaigre et copeaux de parmesan

Scaloppina di vitello, escalope de veau, citron

Abbacchio scottadito, agneau de lait

Involtini roulés de veau avec différents ingrédients jambon ou fromage

Porchetta cochon de lait grillé, laurier

Calamari farciti o fritti, calamar farcis ou frits

Seppie con piselli, sèche aux petits pois

POUR LES AMATEURS :

Pajata, intestin de veau de lait

Coda alla vaccinara, queue de bœuf sauce tomate et céleri

Trippe alla romana, à la menthe et au fromage pecorino

Coratella, différents abats d’agneau (poumon, cœur, foie, thymus) mijotés avec des oignons dans du vin blanc.

Contorni / Légumes

Les légumes sont à demander en plus de la viande, c’est un plat à part.

Patate al forno pommes de terre au four au romarin

Cicoria, chicorée sautée à la poêle avec ail, piment

Puntarelle (en hiver seulement pousses de chicorée, sauce composée d’ail pilé aux anchois, bon vinaigre de vin)

Fave fèves crues avec des petits morceaux de pecorino ou préparées avec des oignons et de la pancetta

Carciofi alla Giudia artichauts frits de la cuisine traditionnelle juive romaine

Carciofi alla romana coeur d’artichaut « mammola », persil, menthe, chapelure

Dolci / Desserts

On connait tous le tiramisù, la panna cotta, parfois vous trouverez :

Torta della nonna tourte à la crème pâtissière et pignons

Pastiera napoletana tarte à la ricotta et fleur d’oranger

Zuppa inglese biscuits à la cuillère trempés dans de l’alkermès et disposés en alternance avec des couches de crème pâtissière

Fruttini fruit givré

Liquori/ Liqueurs

Mirto obtenue par macération de baies de myrte ou d’un mélange de baies et de feuilles

Amaro obtenue par macération d’herbes, racines, fleurs, écorces, zestes d’agrumes et autres épices dans de l’alcool

Petites sélections :

  • Trattoria Tanto per magna, Via Giustino de Jacobis, 9 (metro Garbatella)
  • La Tavernaccia, via Giovanni da Castelbolognese 63 (quartier Trastevere) où vous trouverez les fruttini
  • Filetti di baccalà, piazza dei librai (quartier campo dei fiori)
  • Il pentagrappolo: bar à vin où déguster fromage et charcuterie. Soirée romantique garantie, live jazz vendredi et samedi soir. Via celimontana, 16. (quartier Colisée)
  • Pizza al taglio: Forno, place campo di fiori et Pinsere, via Flavia, 98 (quartier Termini)
  • Caffé Saint’Eustachio, piazza Sant’Eustachio (quartier Panthéon)

Où se régaler sur le pouce ?

Pour changer des traditionnels trattorias et restaurants… Voici les meilleures adresses de la capitale italienne où déguster une gastronomie simple mais goûteuse, même sur le pouce !

POUR DEJEUNER (par quartier)

♥ Pizza al taglio

Pizza à la coupe que vous payez au poids, mais vous pourrez également y découvrir les supplis et autres fritti (beignets ou boulettes de riz frittes)
**Pizzarium** via della Meloria, 43 (Vatican)
**Pizzeria di Sforza Piero** via Celimontana, 17 (Colisée)
**La Boccaccia** via di Santa Dorotea, 2 (Trastevere)
** Pizza Florida** Via Florida, 25 (Panthéon) ma préférée !

♥ Tavola calda

Des plats chauds, sous forme de self-service vous seront proposés.
**Bar Tavola Calda La Licata** via dei Serpenti, 165 (Colisée)
**Forno Feliziani** via Candia, 61 (Vatican)
**Caffe Torino / Bar Tavola Calda** via Torino, 40 (Villa Borghèse)
**Tavola calda da Simone e Mirella** via Di Ripetta, 257 (Place d’Espagne)

 POUR DINER (par quartier)

♥ Aperitivo

Le principe de l’apéritif n’a rien à voir avec notre pastis national. Entre 19h et 21h, on vous proposera un large buffet, accompagné d’un verre. Tarifs entre 10 et 15 €.

**Pastificio Cerere** via Tiburtina, 196. Cocktails du mardi au vendredi délicieux ! (San Lorenzo).
**Enoteca Ferrara** angle entre via del Moro, 1 et piazza Trilussa, 41 (Trastevere)
**Doppio Zero** via Ostiense, 68 (Garbatella)
**Periodico Cafè** via Leonina, 77 (Colisée)
**Cul de Sac** piazza Pasquino, 73 (place Navone)

♥ Oenothèques

Les plats de fromages et charcuteries seront un régal pour découvrir les vins italiens. Vous n’aurez que l’embarras du choix parmi les rouges, Nero d’Avola Chiaramonte, Refosco, Lagrein et les blancs Ribolla gialla, Falanghina, Greco di tufo…
**Oenothèque Pentagrappolo »** via Celimontana, 21B. Fermé le lundi. (Colisée). Demandez Simone, vous n’en serez que mieux reçu.
**Vino Allegro** piazza G.T. Arquati, 114 (Trastevere). Ouvert tous les jours.
**La Barrique** via del Boschetto, 41/b (Ste Marie Majeure/Termini)
**Il Goccetto** via dei Banchi Vecchi, 14 (place navone)
**Casa Bleve** via del Teatro Valle, 48/49 (place navone)

Les meilleures pizzas romaines

Même si le règne de la pizza, c’est Naples avec ses pizzas à pâte épaisse, à Rome vous les trouverez souvent à pâte fine, toutes aussi alléchantes. Les romains les accompagnent de beignets frits (i fritti) en entrée et de bière. Si vous êtes tentés d’en faire à la maison, le secret, c’est la qualité de la farine. Mais également le temps adéquat pour faire lever la pâte ! Au moins 24h, pour les puristes. Disons que si elle n’a pas levé assez longtemps avant de la faire cuire, elle gonflera dans votre ventre !

Je vous dévoile une petite sélection des meilleures pizzas de Rome.

Exceptionnelle mais … elle ne se trouve pas dans le centre !

Pizzeria « La Fucina » via Giuseppe Lunati, 25 (Portuense). Le soir uniquement. Fermé le lundi. On peut déguster plusieurs goûts sur une seule pizza.Nota bene : le prix n’est pas celle d’une pizzeria traditionnelle.  Pâte fine.

Dans le centre historique, par quartier:

« Emma pizzeria«  via Monte della Farina 28/29. (campo dei fiori) Ouvert tous les jours. Pâte fine.

« Obicà » Mozzarella Bar place Campo dei fiori, 16. (campo dei fiori). Ouvert tous les jours. Pizza à base de produits bio, dans un bar trendy sur la place du marché. Pâte épaisse.

Pizzeria « Baffetto«  via del Governo Vecchio, 114. (campo dei fiori). Fermé le mardi.  Vous trouverez souvent une file d’attente, allez y tôt car les romains mangent tard. Pâte fine.

 Pizzeria « La Montecarlo«  vicolo Savelli, 13 (place Navone). Fermé le lundi.  Ambiance romaine garantie, même si prise d’assaut, les serveurs ont toujours le mot pour rire. La pizzeria des mes années Erasmus, nostalgie quand tu nous tiens….Pâte fine.

Pizzeria « La Focaccia«  via della pace, 11 (place Navone). Ouvert tous les jours. Midi et soir. Terrasse sympathique avec vue sur l’église Santa Maria della pace. Pâte épaisse.

Bir&Fud, via Benedetta 23 (trastevere) Ambiance jeune dans quartier branché. Pâte épaisse.

Pizzeria « Ai marmi » viale di Trastevere, 53 (trastevere). Fermé le mercredi. Une institution. L’humour romain par excellence, les tables sont de marbre gris, rebaptisée en dialecte, er orbitorio, la morgue 😦 Pâte fine.

Pizzeria « Piacere Molise «  via Candia, 60 (vatican). Fermé le mardi.  La pizzeria familiale du Vatican.

Cocktails & terrasses

Allez, je veux bien être sympa et vous dévoiler mes endroits préférés où siroter un Bellini ou Hugo*, surtout par cette chaleur.

Ce sont les lieux branchés de la capitale italienne avec des cocktails à partir de 10€, pour des vues à couper le souffle !

Voici mon préféré, l’été, même si on n’est pas sur les hauteurs, on est immergé au milieu des pins parasols !

Voodoo Bar, viale delle Terme di Traiano 4. Sushi bar, restaurant tropical, henné, cartomancienne, huiles essentielles…. A deux pas du Colisée.

Terrazza San Pancrazio, via di Porta San Pancrazio 32. Sushi et raw bar avec chef étoilé

€ Roof Hotel Capo d’Africa Via Capo d’Africa, 54. Moins sur les hauteurs, cosy et calme

La Terrazza dell’Hotel Cesàri Via di Pietra, 89/a Moins sur les hauteurs, cosy – cocktail 10/12 €

€ Bar cocktail – The Corner Marco Martini, viale Aventino 121 Restaurant également avec chef étoilé – cocktail 12 €

€€ Achilli al Dom Hotel Roma, via Giulia 131- cocktail 15 €

€€ Bernini Bristol Hotel, piazza Barberini 23 – cocktail 15 €

€€€ Zuma Roma Fendi, via della Fontanella di Borghese, 48.  En plein centre de Rome avec une des plus belles vues sur les toits.

€€€ Terrazza Posh @ Exedra Boscolo Hotel, piazza della Repubblica 47. Piscine et belle vue sur la place de la République.

*Le Bellini est composé de prosecco ou de champagne et de purée de pêches blanches.
Le Hugo est un apéritif préparé à base de prosecco, de liqueur de fleurs de sureau (ou de mélisse), eau de Selz (ou eau gazeuse) et feuilles de menthe

Sans oublier…

Palazzo manfredi (Colisée) rue labicana, 125 – cocktail: 12-16 €

Hotel Raphael (Place navone) largo Febo, 2 – cocktail: 8-15 €

Hotel Locarno (Place peuple) rue della penna, 22 –cocktail: 6-13 €

Hotel la Minerve (Panthéon) place della minerva, 69 –cocktail: 9-15 €

Le café, un art de vivre

Le café est le rituel quotidien du romain. Dès qu’il rencontre un proche, on entend régulièrement « Hai preso il caffè » ? Résultat il en consomme de nombreux par jour, voilà pourquoi c’est la quantité d’un dé à coudre ! Même dans une cuisine super équipée, il n’y a que la vieille cafetière Moka Bialetti qui le satisfait.

Pas moins de 50 types de cafés existent au bar. Entre le corretto (ajout de liqueur d’anis étoilé sambuca), al vetro (dans un petit verre), shakerato, ristretto, on s’y perd !

Le café Sant’Eustachio reste incontournable. Fondé en 1938, la déco n’a pas changé ! Levez le nez pour ne pas rater la collection d’anciens mokas, de vieux moulins à café….Poussez derrière le comptoir pour voir la salle de torréfaction…Repérez les plaques rajoutées sur les machines à café pour ne pas divulguer le savoir-faire des  serveurs…Et oui, c’est tout un art. Il ne faut pas tasser le café et fermer le percolateur d’y certaine manière…

Les frères Raimondo et Roberto utilisent le café du commerce équitable en l’achetant à des organisations no profit. Etant un produit qui change de forme naturelle des douzaines de fois dans l’année, à cause de certaines variables qui l’influencent (le climat, les saisons, la récolte), à eux de connaitre les secrets pour qu’il reste de qualité.

A goûter l’hiver, la monachella (café, chocolat, chantilly) ou encore l’été le Romeo e Giuletta (mélange savoureux de crème de café et crème chocolat…

Le site en français afin de recevoir les produits partout dans le monde Sant’Eustachio

Cette institution est en compétition avec la Tazza d’oro, Via degli Orfani, 84 non loin de là …A vous de juger !

Café Sant’Eustachio – Piazza Sant’Eustachio, 82. Ouvert de 8h30 à 1h du matin.

D’autres adresses où succomber à un buon caffè dans des cadres pittoresques ou trendy :

Antico Caffè Greco, via dei Condotti, 86. Le plus ancien café de Rome, crée en 1760, il a vu défiler de nombreux intellectuels parmi lesquels Stendhal, Goethe, Liszt, Berlioz, Welles, Schopenhauer…etc

Caffetteria Bistrot al Chiostro del Bramante, Via Arco della Pace 5. Pour la beauté du lieu, cloître de la Renaissance.

Caffè Ciampini, piazza San Lorenzo in Lucina 29. Pour croiser les italiens habillés en Fendi et Valentino.

Coromandel, via di Monte Giordano 60-61

Bar San Callisto, piazza San Callisto. Terrasse où l’on rencontre toutes les classes sociales, Marcello y fait les mêmes prix depuis des années… Dépaysement garanti!

Antico Caffé del Brasile, Via dei Serpenti, 23

N.b : La cafetière moka, devenue un objet design exposé dans des musées d’art moderne, est une cafetière à expresso pour cuisinière. Elle fut brevetée par Alfonso Bialetti sous le nom de Moka Express en 1933.

Pâtisseries romaines

Mis à part la crème catalane, tiramisù, panna cotta, vous trouverez peu de variétés de desserts dans les trattorias traditionnelles, en revanche Rome offre de délicieuses pâtisseries et biscuiteries !

A ne pas manquer!

Forno artigianale Innocenti

Stefania vous accueillera avec le sourire, fière de sa biscuiterie datant de 1920, son grand-père déjà préparait de délicieux Ricciarelli, brutti ma buoni, chocolat amande (mon coup de cœur). Le four, la balance… tout rappelle les années 50. Très large choix de biscuits sans graisses animales. Sa fille parle un peu français …via della luce, 21 (Trastevere)

Stefania propose de délicieux biscuits au cœur de Trastevere !

Vous trouverez aussi….

Pasticceria Valzani
via del Moro, 37 (trastevere)
Depuis 1925, célèbre pour ses chocolats et la Sacher Torte. Fermé le lundi et le mardi matin.

Boccione
via Portico d’Ottavia, 1 (ghetto)
Connu sous le nom “il forno del Ghetto”, pizza sucrée aux fruits confits à tester.

Pasticceria Dolce Roma
via portico d’ottavia, 20/b (ghetto)
Stefano a appris tout son savoir à Vienne, c’est un peu de la triche, mais c’est divin ! Cookies, brownie, strudel, oranges confites au chocolat.

Pasticceria Sottocasa Sfizi Golosi
via della Purificazione, 70 (place d’espagne)
Pour le mille- feuilles

Pasticceria Regoli
via dello statuto, 60 (piazza Vittorio)
Desserts aux fruits et crèmes pâtissières

Antico Forno Roscioli
via dei Chiavari, 34 (campo de Fiori)
Une institution, pain,  pizza à la coupe et viennoiseries font la réputation de Roscioli qui possède également un très bon restaurant et épicerie fine, à deux pas, via dei giubbonari, 21/22. Fermé le dimanche.

Pasticceria De Bellis
Piazza del Paradiso, 56/57 (place navone)
Tartelettes aux fruits et grands classiques

Pasticceria Panella
via Merulana, 54 (colisée)
Très aimée des italiens, également pour un aperitivo

Dégustation de vin

 Voici quelques œnothèques à Rome :

Il Pentagrapolo (Colisée) rue celimontanta, 21/b http://www.ilpentagrappolo.com

Vineria Trimani  (Termini) rue Goito, 20

Enoteca Al Parlamento (chef Massimo Viglietti) rue Prefetti, 15

Enoteca La Torre A Villa Laetitia (chef Danilo Ciavattini) Lungotevere Delle Armi, 22.

Enoteca Buccone (Place d’Espagne) rue ripetta, 109

Enoteca Ferrara (Trastevere) place Trilussa, 41

Enoteca Costantini (Vatican) place cavour, 16

Quelques indications …

ROUGES

negro amaro, nero d’avola, Primitivo di Manduria, Barbaresco, Brunello di Montalcino, Amarone della Valpolicella

BLANCS

verdicchio, vermentino, pecorino, falanghina, traminer, ribolla gialla, trebbiano d’abbruzzo

LES BULLES

Le prosecco et Franciacorta

Dégustation vins – Œnothèque Pentagrappolo

  •  Mousseux Franciacorta* Brut « Enrico Gatti, accompagné d’assortiments de Crostini (mousse de mortadelle et crème fraiche, tomates séchées et humus)
  • Aleatico di Gradoli « Andrea Occhipinti »** à déguster avec trois types de charcuteries
  • Barco Reale di Carmignano*** «tenute di Capezzana» marié avec trois types de fromages
  • Muscat d’Asti « Fratelli Bera »**** suivi de pâtisseries Roscioli (un des plus réputés de la ville)
  • Eau, Café inclus.

Marchés et bien plus encore….

MARCHES ALIMENTAIRES :

La place du **Campo dei Fiori** tous les matins sauf le dimanche.

En 1456 le pape Calixte III fit paver cette place, démarrant l’activité commerciale par un marché de chevaux. Déambulez entre épices, fleurs, produits de la vie quotidienne proposés par de producteurs locaux, que vous croiserez en train de préparer les légumes, feuille de chou sur la tête pour se protéger du soleil.
Ou encore sur l’ape si caractéristique qu’ils nous plongent dans la dolce vità des sixties italiens.

Voici de multiples possibilités sur place, vous pourrez :
– déguster sur le pouce une pizza bianca au Forno
– prendre un verre zone animée le soir, comme chez Obika
– manger un plat de pâte chez Magnolia, sur la place

Puis ….
– faire du shopping, via dei giubbonari
– se délecter d’un « filetto di baccalà », Dar Filettaro a Santa Barbara, largo dei librari ( beignet de morue frit)
– siroter à la terrasse du bar Farnese, via dei ballauri, figé depuis les années 60.

**Marché de Testaccio**Quartier Testaccio piazza Testaccio. Du lundi au samedi jusqu’à 14h
Atmosphère tout à fait romaine dans ce quartier populaire, et pourquoi ne pas gouter l’excellent restaurant « Checchino dal 1887 » Via di Monte Testaccio, 30. Tél : 0039 065743816. Réservation conseillée. Fermé dimanche et lundi

**Marché San Cosimato** Quartier Trastevere, piazza San Cosimato. Du lundi au samedi jusqu’à 13h
Depuis le début du XXe s. on y trouve des produits frais, fleurs, appareils ménagers. Tout proche, le bar San Callisto, qui ne paie pas de mine est une institution… (vu dans la Grande Bellezza!),  nous sert le meilleur chocolat chaud de la ville !

MARCHES VÊTEMENTS ET ACCESSOIRES :

**Marché Via Sannio** Quartier San Giovanni. Du lundi au samedi jusqu’à 14h
Accessoires vintage, bijoux, chaussures, ceintures, vêtements de marque… il faut fouiner ! Non loin de là, le grand magasin Coin, et sur la via appia nuova se trouvent des tonnes de boutiques
**Marché de Porta Portese** Quartier Trastevere. Piazza di Porta Portese. Le dimanche jusqu’à 14h
On peut tout y trouver dans ce marché le plus célèbre de Rome ! Il est toujours bondé, il vaut mieux y aller tôt le matin, pour pouvoir prendre son temps…
**Marché Monti ** Quartier Colisée. Via Leonina 46, de 10h à 20h, ouvert le 1er, 3e dimanche, 4e samedi du mois
Pour des accessoires et vêtements vintage, il est agréable de flâner via urbana, rue « bobo » de la ville.

MARCHES ANTIQUITÉS :

**Marché Fontanelle di Borghese** Quartier Place d’Espagne. Largo delle Fontanelle di Borghese.

Du lundi au samedi jusqu’à 13h,
Gravures, antiquités, livres anciens, mais aussi revues et vinyles. Sur la place Lorenzo in lucina, vous pourrez gouter le dessert glacé tartufo chez Ciampini

Dîner chez l’habitant en musique !

La chaleureuse et pétillante Ippolita vous reçoit dans son appartement cosy, au cœur des ruelles du Trastevere.


Plafonds en bois, sol en terre cuite, ameublement et déco vintage, vous êtes dans un cadre typiquement romain.

Ippolita, passionnée de musique classique, pianiste et fin cordon bleu propose une introduction musicale, illustrée par de délicieux mets tant aimés des compositeurs.

La soirée commencera autour d’un verre de bienvenue, agrémentée par l’écoute d’extraits musicaux, qu’Ippolita commentera de façon plus ou moins technique selon son auditoire.

papale (1)

 

La maîtresse de maison parle anglais et espagnol. Un service de traduction en français est disponible sur demande : 50 euros.

Les menus pourront être adaptés en cas d’allergies à certains aliments, ainsi que les vins.

 Non disponible du 23 juin au 30 septembre

Tarifs (en privé, pas d’autres participants)

Dîner assis :

 De 2 à 4 participants : 50€ par personne

De 5 à 7 participants : 45€ par personne

Buffet de 8 à 12 personnes : 30€ par personne

Pour le menu Rossini : 5€ par personne supplémentaire.

Contact par mail : ac@siromemetaitcontee (merci de me préciser le menu choisi, si intolérances et besoin d’un traducteur).

8 menus au choix

foto ippolita diner habitant blog

 

La musique romaine : entre palais et théâtre

Plats inspirés des lieux caractéristiques de la musique classique à Rome :

Oratoire Saint Philippe Neri, chapelle Sixtine, théâtre Costanzi.

Entrée : pizza figues et mortadelle, artichauts à la romaine

Premier plat : Pâtes Fettuccine alla carbonara (la vraie, sans crème fraîche !)

Second plat : Coda alla vaccinara, spécialité romaine (queue de bœuf sauce tomate et céleri)

Accompagnement : Puntarelle* (ou autres légumes selon la saison)

Dessert : Tiramisù

Vin rouge

* pousses de chicorée, servies avec une sauce composée d’ail pilé

aux anchois, auxquels on ajoute du vinaigre de vin.

Du classique au lyrique : made in Italy 

L’éloge de la musique italienne, de la musique baroque à l’Opéra.

Dégustation à choisir à l’avance par tous les participants

Entrées : Peperonata (pommes de terre et poivrons aigre-doux) ou bruschetta à la tomate

1 plat au choix entre : pâtes aux aubergines, tomates, ricotta ou pâtes au potiron maison ou risotto aux fruits de mer

1 plat au choix entre : tourte de poisson aux câpres ou roulés de viande ou boulettes de viande sauce tomate ou pintade braisée

1 dessert au choix entre : blanc- manger aux amandes à la cannelle ou tiramisù ou gelée au melon (ou pastèque selon saison)

Vin rouge

Stanley Kubrick : 5 films en musique !

Pour changer du répertoire italien, chaque plat évoquera un film

Entrées : Mousse gorgonzola chocolat noix et muscat : Eyes wide shut

Premier plat : Risotto au safran caramélisé : Shining

Second plat : Saumon à la bière Guinness : Barry Lyndon

Accompagnement : Navet noir de forme carré : l’Odyssée de l’espace

Dessert : Crème de lait au gingembre : Orange mécanique

Vin rouge

Mozart : Don Giovanni

Don Giovanni, inspiré de la vie de Casanova…soit le charme à l’italienne

Entrées : mousse gorgonzola poire chocolat noix et miel, pommes de terre au café, pesto d’anchois

Premier plat : Tagliatelle maison au canard

Second plat : Bouchées filets de porc aux fruits secs

Dessert : Mousse chocolat et fraise

Dessert : Mousse chocolat noir et piment

Vin rouge

Pietro Mascagni : Cavalleria Rusticana

« Cavalleria rusticana » a été créé au Teatro Costanzi de Rome en 1890. Quelque part en Sicile, Turiddu, avant de partir pour l’armée, était tombé amoureux de Lola. Cette dernière, lasse de l’attendre, finira par épouser le charretier Alfio. A son retour, Turiddu fera la cour à Santuzza.
Cependant, attiré de nouveau par Lola, il profitera des absences d’Alfio pour rencontrer son ancienne flamme. Santuzza, affligée, lui clame qu’elle l’aime encore bien qu’il l’ait trahi. Turiddu lui fait croire que sa vie serait menacée, si Alfio venait à découvrir leurs étreintes …

Entrées : Pecorino (fromage) sicilien et confiture de citron, omelette aux artichauts, pani cunsato (bruschetta aux tomates, olives noires, concombre, oignons, basilic et origan)

Premier plat : Timbale d’anellini* à la Norma (pâtes en forme d’anneau aux aubergines, tomates, ricotta)

Second plat : Sciusceddu de Messine (boulettes de bœuf et crème de ricotta de brebis)
Peperonata (pommes de terre et poivrons aigre-doux)

Accompagnement : Salade fenouil-orange aux pistaches

Dessert : Parfait aux amandes d’Avola caramélisées

Vin rouge

Les femmes chez Verdi

Verdi à travers quatre œuvres :
Gilda, femme angélique (Rigoletto, 1851)
Violetta, femme mûre (La Traviata, 1853)
Aida, femme tourmentée (Aida, 1871)
Lady Macbeth, femme ambitieuse (Macbeth, 1847 e 1865)

Entrées « Aida » : lentilles au cumin, aubergines au tahini (crème de sésame)

Premier plat : Ravioli « Gilda » maison à la mode de Mantoue (farcis à la citrouille, aux amaretti et aux poires confites) sur sauce au parmesan

Second plat : Tourte au saumon « Lady Macbeth »

Dessert : Mousse au chocolat « Violetta »

Vins : Prosecco ou Lambrusco

Puccini, Tosca

Tosca fut créé le 14 janvier 1900 au Théâtre Costanzi de Rome. Les trois actes se déroulent à Rome, entre les murs du palais Farnèse et la terrasse du Château Saint-Ange. Le compositeur Giacomo Puccini, était un passionné de gastronomie toscane. Il se délectait de gibier et de crème caramel appelé alors « lait à la portugaise ».

Entrée : Crostini au chou noir de Toscane
Premier plat : Risotto de poissons
Second plat : Pintade braisée

Accompagnement : Haricots aux herbes aromatiques

Dessert : Panpepato* au Vinsanto (vin doux italien de dessert toscan)

De quoi est composé ce dessert ? Pour en savoir plus, cliquez sur : panpepato

Vin rouge

Quel gourmand ce Rossini!

Pour le menu Rossini : 5€ par personne supplémentaire.

La Musique de Rossini, à son image, est empreinte de bonne humeur et de vivacité.
Bon vivant et fin gourmet, Rossini s’intéresse aussi à la gastronomie : il invente des recettes auxquelles il donne le nom de ses opéras : Tarte Guillaume Tell, Bouchées de la Pie Voleuse.  Le fameux Tournedos Rossini quant à lui est un évident hommage au compositeur mais le mystère reste entier pour lui en attribuer l’invention.

Entrées : Amuse-gueules à la mousse de poulet, jambon, gorgonzola et mortadella

Premier plat : pâtes maccheroni à la Rossini, aux champignons et à la truffe

Second plat : Tournedos Rossini revisités par Ippolita

Accompagnement : Salade vinaigrette Rossini
Dessert : Tarte Guillaume Tell et sa crème diplomate aux pommes et à la liqueur
Vin rouge 

 

 

Recette estivale : Spaghetti alle vongole

En été, sur le bord de mer d’Ostie, à 25 km de Rome, les romains consomment ce plat sans modération !

Immagine

Préparation : 30 minutes

Temps de cuisson : 30 minutes

Pour 4 personnes :

400 g de spaghetti

600 g de vongole

200g pulpe de tomates

2 gousses d’ail

1 botte de persil

70g Huile d’olive

Sel et poivre

Nettoyer soigneusement les palourdes  en les frottant avec une brosse. Pour qu’il n’y ait plus de sable, bien rincer en plusieurs eaux et laissez tremper une petite heure..  Versez  une cuillère d’huile d’olive dans une sauteuse,  faites cuire les coquillages à feu très vif pour qu’ils s’ouvrent.

Réserver les coquillages, filtrer le jus qu’ils ont rendu et le réserver également. Vous pouvez laisser les coques ou les retirer en ne gardant que les mollusques.

Dans la même sauteuse, faire revenir l’ail écrasé au préalable à la fourchette dans le restant d’huile d’olive.

Quand l’ail commence à dorer, verser le jus de cuisson des palourdes en le filtrant dans une passoire. Ajouter la pulpe de tomates, salez, poivrer et faire cuire pendant  25 minutes à feu moyen.

Pendant ce temps-là, faire cuire les spaghetti dans un grand volume d’eau bouillante salée. La cuisson  doit être « al dente » : les italiens goûtent au fur à mesure pour tester si les pâtes croquent légèrement sous la dent. Cinq minutes avant la fin de cuisson des pâtes, versez les palourdes dans la sauce tomate, mélanger et cuire à feu doux.

Égoutter les spaghetti,  puis y ajouter la sauce aux vongole, ajouter le persil haché.

A consommer dans l’instant, buon appetito !

La saint Joseph, le 19 mars

Au sein du quartier romain, Trionfale, la Basilique Saint Joseph est un lieu de festivité du saint patron des familles, des artisans et des travailleurs. Joseph le juste, père nourricier de Jésus, est devenu également patron des affaires matérielles. Des catholiques confient à sa prière une recherche d’emploi, rencontrer le bon époux, la vente de leur maison…

La première trace de cette fête nous ait relatés par des moines bénédictins vers 1030. Cependant c’est à partir du XIIIe siècle que l’époux de la Vierge sort de l’ombre, en lien avec une plus forte humanisation du Christ et des représentations de plus en plus nombreuses de la Nativité.

Beignets de la Saint Joseph

En 1621 le pape Grégoire XV éleva cette célébration au rang de fête d’obligation le 19 mars. A notre époque, ce saint a encore une place importante ; Jean-Paul II a souhaité qu’il soit patron du troisième millénaire et le patron de la nouvelle évangélisation.

Les bignè di San Giuseppe qui trônent dans les vitrines des pâtisseries de Rome rappelleraient selon les croyances populaires, le fait que Joseph après la fuite en Egypte, soit devenu vendeur de beignets frits ! Pour les goûter, Biscotteria Innocenti via della luce, 21 (Trastevere).

Une curiosité : la distinction entre les anciens états pontificaux et le règne de Naples est encore palpable aujourd’hui, pour cette fête vous trouverez ces bignè à Rome, tandis qu’en Campanie ou en Sicile la population se délecte de zeppole, pâtisseries de farine, riz, miel d’oranger et de sucre glace parfumé de cannelle.

 

Recette des « Frappe » du carnaval

Équivalents des Merveilles ou oreillettes du sud de la France, à Rome on les déguste durant la période du carnaval, tout comme les castagnole.

Ingrédients :

20130131_231000500 g farine

100 g beurre

3 œufs

3 c à s de sucre

une pincée de sel

1 petit verre à liqueur de rhum ou de  grappa

huile d’arachide ou de maïs

Pétrir la farine avec les œufs, le beurre ramolli, le sucre, une pincée de sel et ajouter le petit verre  de liqueur

Travailler bien le pétrissage et étendre la pâte de manière fine et mince. Couper la pâte en bandelettes avec une roulette dentelée pour former les « frappe »

Frire les « frappe » dans une quantité abondante d’huile chaude, les essorer sur du papier absorbant et pulvériser les  avec du sucre glace.